Professeur de Francais au Mexique

Visa, papiers administratifs, vie sur place, mariage, adaptation... (forum essentiellement en français)

Modérateurs: Xochitl, Jane, Tortuga, Cacalotl

Messagede Chida » 21 Jan 2009, 01:46

Hola!!! :D

Aqui en Canada, soy profesora de espanol y frances para extranjeros. Manejo muy bien el ingles tambien. Estudie durante 8 anos en la Universidad Laval en linguistica y ensenanza de lenguas. Me encanta Mexico por su cultura, su historia, su comida, su gente, su artesania y sus paisajes increibles. Por eso sueno con irme a vivir a Mexico. Me gustaria mucho trabajar como profesora. Tiene alguien algun lugar que recomendarme?

Muchisimas gracias
Chida ;)
Chida
Turista
Turista
 
Messages: 1
Inscription: 20 Jan 2009, 22:15
Localisation: Québec, Canada

Professeur de français dans une école mexicaine

Messagede dj_cholapin » 22 Jan 2009, 03:28

Bonjour à tous!

Après quelques recherches, j'ai pû voir quelques infos pour faire traducteur.
Seulement je me demandais quelle était la procédure pour faire professeur de français, mais dans une école mexicaine , une école privée genre tec de monterrey.
Si il y avait des diplômes à passer, je parle espagnol couramment.
Quelqu'un saurait-il m'éclairer?

Merci!
dj_cholapin
Turista local
Turista local
 
Messages: 12
Inscription: 19 Avr 2007, 12:59
Localisation: Nice

Messagede mickou » 22 Jan 2009, 10:03

Tout dépend des écoles mais la plupart (sauf Tec et autres grands établissements) peuvent te prendre avec un simple visa de travail en règle et aucun autre document en particulier. Pour ce que j'en sais et ai vu encore récemment, il s'agit surtout d'être correctement pistonné et de pouvoir prouver d'un minimum d'expérience, c'est avant tout ce qui plait aux recruteurs.
Avatar de l’utilisateur
mickou
Prêtre Azteca
Prêtre Azteca
 
Messages: 1402
Inscription: 21 Aoû 2004, 23:25
Localisation: Tequila - Jalisco - Mex.

Messagede Cacalotl » 22 Jan 2009, 17:00

Pour rentrer à l'UdeM, je n'ai pas eu besoin de piston. J'y suis allé au culot. Mon expérience de prof en France et le fait que je sois natif m'a aidé. Pour le Tec, ça dépend mais c'est vrai que parfois le piston aide. Les profs de FLE forment un microcosme et même si on bosse dans des établissements privés, on finit par vite tous se connaître (n'est-ce pas Vincent!).
Avatar de l’utilisateur
Cacalotl
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3761
Inscription: 03 Juin 2005, 09:00
Localisation: Un Picard à Monterrey

Messagede mickou » 22 Jan 2009, 18:31

Pas faux pour le microcosme, d'autant que le Web y aide bcp je pense !

Ainsi, je ne peux que conseiller aux profs recherchant un emploi de se s'inscrire sur une liste de diffusion très sympa : http://fr.groups.yahoo.com/group/flemploi . On y discute de la vie dans le FLE et y partageons quelques offres de ci de là.
Avatar de l’utilisateur
mickou
Prêtre Azteca
Prêtre Azteca
 
Messages: 1402
Inscription: 21 Aoû 2004, 23:25
Localisation: Tequila - Jalisco - Mex.

Messagede vincentmty » 24 Jan 2009, 05:38

Tout à fait Bertrand !

Je ne crois pas que ce soit une bonne idée de venir bosser en tant que prof de FLE au Mexique en ce moment. Si vous gagnez 10 000 pesos par mois, ça ne fera que 500 euros. Pas génial pour se payer des A/R en France !
De plus, ça débauche à fond la caisse : Vitro (tous despedidos), Schneider Electrics (100 despidos), Bachoko… Toutes les entreprises débauchent.
Dans les écoles de Fle on a moins d'élèves qu'avant. Des cours ferment en raison du manque d'élèves.
En France on est protégés. Au Mexique, que dalle !
Mon conseil : attendez la reprise économique pour venir ici.
vincentmty
Azteca
Azteca
 
Messages: 910
Inscription: 16 Déc 2005, 05:37
Localisation: Lyon

Messagede Jane » 24 Jan 2009, 06:57

La France a-t-elle renoncé à sa politique culturelle à l'étranger ? Devant l'ampleur des contraintes budgétaires, a-t-elle tiré un trait sur ce moyen d'influence ? Le vote, en décembre 2008, de la loi de finances 2009 avait alarmé les diplomates et directeurs de centres culturels ou instituts français. Ils sont à présent fixés : derrière une baisse moyenne affichée de près de 20 %, les postes culturels enregistrent des chutes qui peuvent atteindre les 30 %.


Compte rendu Condamnations pour un hôtel du XVIIe abimé
Les crédits culturels, scientifiques et techniques du Quai d'Orsay sont séparés en deux lignes budgétaires. L'une censée assurer le "rayonnement" de la France dans les pays membres de l'OCDE : elle diminue de 13 %. L'autre destinée à la "solidarité" avec les pays pauvres ou en voie de développement : elle perd 20 %. Au total, les deux programmes passent de 360 à 297 millions d'euros.

"Dans un contexte de contrainte budgétaire forte, nous avons dégagé des priorités", indique Victoire Bidegain di Rosa, conseillère chargée du dossier au cabinet de Bernard Kouchner. L'enveloppe de 100 millions d'euros destinée aux 18 000 étudiants étrangers boursiers a été intégralement maintenue. Tout comme celle destinée aux alliances françaises (enseignement linguistique) et à l'agence CultureFrance (promotion des artistes français à l'étranger). Les programmes de fouilles archéologiques sont aussi préservés.

Mais d'autres domaines souffrent. Les programmes de séjour d'artistes français à l'étranger sont arrêtés, comme les invitations d'artistes étrangers en France. Les aides aux salles ou festivals spécialisés - Francophonies du Limousin, Tarmac de La Villette... - s'étiolent.

Surtout les 148 centres et instituts, disséminés à travers le monde, écopent. Les "pays en crise" (Irak, l'Afghanistan, Palestine) ont été épargnés. Un nouveau centre ouvrira même à Erbil, au Kurdistan, à la demande de Bernard Kouchner. Ailleurs, on pleure. Moins 12 % à - 14 % au Maghreb, "une zone pourtant protégée", soupire un membre du réseau ; - 15 % en Chine, en Allemagne ou en Ukraine ; - 23 % au Chili, en Ethiopie, aux Philippines ou au Kenya ; - 30 % à Cuba ou dans plusieurs républiques d'Asie centrale.

2009 S'ANNONCE TERRIBLE

Le tableau peut encore être assombri. Car ces baisses concernent l'ensemble du budget des centres.
"En Inde, nous affichons - 15 %, admet-on au ministère. Mais les loyers explosent et les salaires des employés locaux augmentent. La baisse réelle pour les programmes culturels est de 30 %."

Fermeture d'établissements, réduction de personnel, annulation de programmes : 2009 s'annonce terrible.
Le centre culturel d'Izmir n'a pas renoncé à son projet de resserrer les liens distendus entre l'ancienne Phocée et Marseille. La réplique d'un navire de guerre de 600 av. J.-C. prendra la mer afin de relier les deux villes. Mais elle sera seule : la coupe de 25 % dans l'enveloppe turque a eu raison du navire de commerce censé l'accompagner.

Pour faire face à ce trou d'air, les centres et instituts sont invités à trouver de l'argent sur place. Ce qu'ils faisaient du reste déjà. Les quelque 100 millions de subventions venues de Paris - "l'équivalent de l'enveloppe de l'Opéra de Paris", rappelle un diplomate - sont plus que triplées par des ressources propres (cours de français, expertise) ou du cofinancement (aide aux programmes culturels).

"Les centres culturels ont multiplié les cofinancements, rappelle Anne Gazeau-Secret, directrice générale de la coopération et du développement au Quai d'Orsay. Mais la crise ne touche pas que la France. Localement aussi les ressources se tarissent." Situation d'autant plus difficile à vivre que les autres pays européens s'agitent. Le British Council affiche une augmentation de 5,5 %. Le Goethe Institut allemand, qui avait réduit la voilure entre 2005 et 2007, a relancé son budget de 12,4 % en 2008 et prévoit + 7,5 % en 2009. Quant aux Espagnols, ils pratiquent une politique volontariste : depuis 2004, les budgets des centres Cervantes ont cru de 66 %.

ARME DOUCE DE LA DIPLOMATIE

Face à cette situation, le ministère a confié une mission d'expertise à Bernard Faivre d'Arcier. L'ancien directeur du Festival d'Avignon doit faire des propositions pour réaménager le paysage. D'ores et déjà, le Quai expérimente dans dix pays une nouvelle organisation des centres et instituts, afin de mutualiser les ressources. Doit-on aller plus loin, transformer la structure juridique des établissements et créer une agence indépendante qui coiffera l'ensemble ? Mais comment dès lors garder la main sur la culture, cette arme douce de la diplomatie française ? M. Kouchner hésite.

A son cabinet, Mme Bidegain di Rosa est plus prosaïque : "Dans l'avenir, le vrai défi va être de préserver les budgets et de nous réorganiser afin d'être plus visibles. En France, tout le monde est convaincu que la culture c'est très important, que ça sert la politique, que ça sert nos entreprises, ou même "la culture pour la culture", comme dit le président de la République. Mais quand il s'agit de monter au créneau pour défendre les budgets, il n'y a plus personne."

Nathaniel Herzberg et Marie-Aude Roux Le monde
Jane @ http://mexico.canalblog.com/
Modo bourreau ou burro (au choix)
Vive les vacances !
Image
Avatar de l’utilisateur
Jane
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9045
Inscription: 29 Mar 2004, 10:01

Messagede dj_cholapin » 26 Jan 2009, 02:25

Ok merci pour les infos donc en étant natif et avec de l'expérience c'est suffisant si je comprends bien, . Si quelqu'un sait pour el Tec, ou autres grandes écoles, je suis preneur de plus amples informations :).
Merci!
dj_cholapin
Turista local
Turista local
 
Messages: 12
Inscription: 19 Avr 2007, 12:59
Localisation: Nice

Messagede Cacalotl » 05 Fév 2009, 07:11

Il n'y a pas de politique volontariste depuis de nombreuses années. Le français est en perte totale d'influence. Il suffit de voir aussi ce que les autorités chinoises ont entrepris depuis une petite dizaine d'années avec des milliers de profs qui sont formés et envoyés partout dans le monde vers des centres Confucius où on peut apprendre le mandarin.
La culture est une arme économique dont les gouvernements successifs n'ont toujours pas compris l'intérêt. Pourtant notre président chéri avait indiqué qu'il comptait faire de la culture un élément clé de la relance économique... On attend toujours les moyens en rapport avec ces effets de manche, classique chez lui (regardez les belles promesses pour l'usine d'Arcelor qui veut bénéficier des aides d'état pour éviter tout licenciement sec).
Avatar de l’utilisateur
Cacalotl
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3761
Inscription: 03 Juin 2005, 09:00
Localisation: Un Picard à Monterrey

Recherche Professeurs de FLE à Mexico pour table ronde

Messagede ThierryLucas » 17 Fév 2009, 09:25

Bonjour,

De passage à Mexico de Jeudi à Dimanche, je recherche quelques professeurs de FLE utilisant la méthode "Alex et Zoé" de CLE International pour une courte table-ronde utilisateurs / enquête de satisfaction autour d'un petit déjeuner ou apéritif, Col Juarez.

Merci de votre aide ou suggestions. :yes:
ThierryLucas
Turista
Turista
 
Messages: 4
Inscription: 17 Fév 2009, 09:12
Localisation: Paris

Messagede Cacalotl » 17 Fév 2009, 19:49

Lastima... Je trouve qu'Alex et Zoé est une très bonne méthode et pleine d'activités annexes intéressantes...

Le truc, c'est que j'enseigne le FLE à Monterrey avec Belleville 1 et 2. Cette méthode n'est pas terrible. On va en changer dans mon établissement. On prendra très probablement la méthode Scénario d'Hachette.

Ta visite à Monterrey où le français est présent dans de nombreux établissements privés aurait été précieuse.
Avatar de l’utilisateur
Cacalotl
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3761
Inscription: 03 Juin 2005, 09:00
Localisation: Un Picard à Monterrey

Messagede ThierryLucas » 17 Fév 2009, 21:03

Merci pour ta réponse, Cacalotl, et les informations sur Monterrey que je transmets à l'équipe commerciale au Mexique.
Moi, je n'aurais pas le temps de me rendre ailleurs qu'à Mexico, en tous cas cette fois-ci.
ThierryLucas
Turista
Turista
 
Messages: 4
Inscription: 17 Fév 2009, 09:12
Localisation: Paris

Messagede Pierre Charlois » 19 Fév 2009, 23:40

Est-ce que vous avez pensé à faire de la promo lors de la Foire International du Livre (FIL) de Guadalajara, fin novembre. J'y vois les livre de CLE mais pas beaucoup de promotion.
à plus
Pierre
Pierre Charlois
Verdadero Mexicano
Verdadero Mexicano
 
Messages: 351
Inscription: 09 Oct 2005, 23:11
Localisation: Guadalajara

Vivre au Mexique

Messagede Coquelicot » 22 Fév 2009, 16:28

Bonjour,

Je suis une jeune étudiante et j'ai envie de partir vivre au Mexique l'année prochaine. Je suis actuellement assistante de francais en Angleterre et j'aimerai bien renouveller l'expérience dans une école ou une université Mexicaine. Savez vous s'il est facile de trouver des postes d'assistante ou de lectrice? Avez vous des adresses ou connaissez vous quelqu'un qui recherche une francaise pour donner des cours de francais?
J'aimerai trouver du travail la bas et éventuellement continuer mes études par correspondance. Peut être avez vous d'autres idées de travail auquel je peux prétendre?
J'aimerai savoir quelles sont les grandes villes du Mexique ou il est agréable de vivre?
Je vous remercie.
A bientôt
Coquelicot
Turista
Turista
 
Messages: 1
Inscription: 22 Fév 2009, 16:20

Messagede ThierryLucas » 26 Fév 2009, 21:22

Pierre, je t'invite à poser directement ta question au responsable commercial de la région de Guada à cle @larousse.com.mx
Cacalotl, tu peux demander à cette même adresse mail quand la prochaine visite à Monterrey est prévue.

Merci à tous deux de vos réponses.
ThierryLucas
Turista
Turista
 
Messages: 4
Inscription: 17 Fév 2009, 09:12
Localisation: Paris

PrécédenteSuivante

Retourner vers Français et francophones au Mexique

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

cron