PACS - tramites

Visa, papiers administratifs, mariage et pacs, vie sur place, adaptation... (forum essentiellement en espagnol)

Modérateurs: Xochitl, Jane, Tortuga

PACS - tramites

Messagede BOUH » 06 Mar 2005, 22:47

¿Qué es el PACS?

Es un contrato que firman dos personas mayores de edad, del mismo o diferente sexo, para organizar una vida en común. (Pacte Civil de Solidarité)

[EDIT JANE] Nous vous invitons à lire tout le sujet, actuellement, le partenaire étranger pacsé avec un français ou un ressortissant de la communauté européenne peut obtenir un titre de séjour Vie Privée et Familiale que s'il est en mesure de justifier d'un an de vie commune sur le territoire français et ce quelle que soit la date de signature du Pacs.
Tout ceci, conformément à la circulaire du 30 octobre 2004 que vous pouvez télécharger ci-dessous :
:fleche: http://www.ardhis.org/juridique.htm

Pour les personnes ne vivant pas en France, si le pacs peut être signé par n'importe qui ou presque mais en personne quand même, le seul visa long séjour permettant à un étranger pacsé, d'obtenir une carte vie privée familiale est : un visa de Visiteur qui lui ne donne pas le droit de travailler.
La personne ou le compagnon doit alors pouvoir justifier de ressources financières conséquentes, démontrant qu'il peut assurer sa prise en charge pour toute la durée du séjour, ce visa n'est pas de droit et le refus n'a pas à être justifié. Diverses pièces sont demandées et le délai d'examen de la demande est un minimum de deux mois.


Un PACS no da derecho a adoptar un niño o en caso de ser del mismo sexo, a recurrir a la inseminación artificial.

¿Quién puede firmar un PACS?

Dos personas mayores, sin importar su sexo.
Excepciones:
entre padres o familiares cercanos : abuelos – nietos, padres – hijos, hermano – hermana, tio(a) – sobrino(a), suegro(a) – yerno o nuera,
si uno de los interesados está casado,
si uno de los interesados ya firmó un PACS con otra persona,
si uno de los interesados es menor de edad
si uno de los interesados es mayor de edad bajo tutela.

¿En dónde se firma un PACS?
:fleche: En Francia :
si viven en Paris, en el tribunal de grande instance
si viven en provincia, en el tribunal d'instance
Directorio de Tribunales : cliquer sur région
http://www.annuaires.justice.gouv.fr/in ... ique=10108
http://www.justice.gouv.fr/recherche-ju ... pjurid.php

pour les adresses on peut aussi voir
Annuaire en ligne pages jaunes pour les telephones, ou à la mairie.

:fleche: En México : en el consulado de Francia


PASOS A SEGUIR

:fleche: 1a etapa : redactar un contrato
Redactar y firmar un convenio en el que se establecen libremente las modalidades de la vida común de la pareja, bajo reserva de las obligaciones prescritas por la ley.

El contrato puede decir simplemente : “nous (noms et prénoms des deux partenaires) concluons un PACS régi par la loi du 15 novembre 1999 – loi n° 99-944”
nosotros (nombres y apellidos de la pareja) concluimos un PACS regido por la ley del 15 de noviembre 1999 – ley n° 99-944

El PACS obliga a la pareja a ayudarse mutua y materialmente, si existe alguna modalidad deberá fijarse en el convenio, de lo contrario no se aceptará :

:fleche: Ayuda en los gastos de la vida en común (de acuerdo a las posibilidades de cada uno),
:fleche: Solidaridad en cuanto a las deudas contraídas para necesidades de la vida diaria (alimento, vestido) y los gastos relacionados a la vivienda,
:fleche: Puede especificar las modalidades de su vida común. Así, podrán comprometerse financieramente, poner los muebles como propiedad de ambos, o compartir los bienes en caso de ruptura (ejemplo: a quién será asignado el auto, un inmueble etc),
:fleche: Los muebles adquiridos después de firmar el PACS, serán propiedad de ambos; sólo si se especifica de otra manera,

NOTA : el convenio no puede incluir clausulas de tipo testamentario, a excepción de un acta específica elaborada frente a un Notario.

:fleche: 2° etapa

Presentarse personalmente ante el tribunal de su lugar de residencia para declarar el PACS y registrarlo.

DOCUMENTOS QUE DEBEN PRESENTAR :
Para que la declaración sea aceptada, hay que entregar el convenio firmado por los dos interesados y en DOS ORIGINALES ante el tribunal o consulado, según sea el caso.

Cada uno deberá proporcionar :

:fleche: Una identificación oficial (CNI, pasaporte) y COPIA, valida con foto.
:fleche: Copia completa o resumen con filiación del acta de nacimiento de menos de 3 o 6 meses de expedicion (segun el tribunal). En el caso del PACS no se necesita apostillar ningun documento, la traduccion en francés hecha por un perito traductor basta.
:fleche: Acta de nacimiento- depende de tu registro civil en méxico

:fleche: Une attestation sur l'honneur (certificado de honor) declarando que no existe ningún tipo de relación parental o política, que pudiera impedir la firma del PACS (una carta simple diciendo yo fulanito y yo menganito, declaramos no tener ningún tipo de relación parental etc),

:fleche: Certificado de NON-PACS, declarando que no han firmado ningún PACS con otra persona. Para los nacidos en Francia dirigirse al Tribunal d'Instance de su lugar de nacimiento y los nacidos en el extranjero, dirigirse al Tribunal de Grande Instance de Paris http://vosdroits.service-public.fr/R22520.xhtml ((si vous souhaitez vous déplacer) :
11, rue de Cambrai, 75019 PARIS o per correo : TGI Paris - Annexe Brabant -Service du Pacs- 4 boulevard du Palais - 75055 Paris Cedex 01). Para pedirlo solo hay que hacer una carta diciendo o descargar el formulario Cerfa n°12819*04

aqui : http://www.ca-paris.justice.fr/art_pix/ ... 819_03.pdf http://vosdroits.service-public.fr/R2107.xhtml que solicitan un certificado de NON-PACS para firmar un PACS y anexar una copia del pasaporte o acta de nacimiento (en francés). Tarda aproximadamente una semana y sólo es valido por un mes.
:fleche: El certificado de NON-PACS emitido por el tribunal es gratis.

OJO NUEVO :fleche: Si le partenaire réside en France depuis plus d'1 an : attestation de non inscription au répertoire civil, qui permet de vérifier notamment qu'aucune décision relative aux tutelles, aux curatelles ne figure au répertoire civil
Cette attestation doit être demandée par voie postale, par télécopie (exclusivement en cas d'urgence avérée) ou par voie électronique au Service central de l'état civil (en précisant ses nom, prénoms, date et le lieu de naissance et l'adresse à laquelle l'attestation doit être envoyée). Des documents complémentaires peuvent être demandés lorsque la demande est incomplète ou peu lisible.
Service central de l'état civil - Répertoire civil - Ministère en charge des affaires étrangères
Mise à jour le 17.02.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)
Pour toute demande d'attestation de non inscription au répertoire civil
Par courrier
Service central d'état civil - Répertoire civil du ministère des affaires étrangères
11, rue de la Maison Blanche 44941 Nantes Cedex 09
Par télécopie : 02 51 77 36 99
Par messagerie
rc.scec@diplomatie.gouv.fr

:fleche: Un certificado de honor declarando el lugar de residencia en común en la zona geográfica del Tribunal d'Instance en donde harán la declaración (igual que el certificado de que no existe ninguna relación parental)
http://www.ca-paris.justice.fr/art_pix/cerfa_11752.pdf
:fleche: Si uno de los dos es divorciado o viudo, deberá presentar el livret de famille, o en su defecto, una copia del acta de matrimonio disuelto por divorcio o bien el acta de nacimiento de la pareja fallecida.

:fleche: Para los nacidos en extranjia, es decir en el extranjero, en este caso en México : Los documentos ya mencionados y si lleva más de un año viviendo en Francia, el certificat de coutume (click - lo emite el consulado de México en París y del que ya se ha hablado en el foro). y setopic1967-coutume.php
:fleche: Certificado de coutume (emitido por el consulado mexicano en Francia (entre 40 y 50€, la tarifa varia cada mes) o certificado de celibato (emitido por tu registro civil en méxico) mas sus respectivas traducciones (entre 50 y 60€).



¿Cuando deja de tener validez un PACS?


:fleche: De común acuerdo,
:fleche: Cuando uno de los dos decide separarse o casarse con un tercero
:fleche: Al contraer matrimonio entre ellos mismos
:fleche: Al fallecimiento de uno de los dos


NOTAS IMPORTANTES :


:fleche: Hay que hacer una cita ante el tribunal o ver los horarios y dias de reception por el pacs (por teléfono y hay que dar los apellidos de los interesados), en ocasiones pueden dar la cita hasta 2 meses después. La cita es a la misma hora para todos y van pasando conforme hayan llegado, así que si no quieren salir tan tarde... hay que levantarse temprano.
:fleche: La fecha de expedición de las actas de nacimiento tiene que ser de menos de 3 o 6 meses. (segun lo que mandan)
:fleche: El certificado de NON-PACS es válido por 1 MES.
:fleche: Las traducciones tienen que ser con un perito traductor (traducteur asssermenté por el tribunal o el consulado francés).
:fleche: El certificat de coutume puede ser remplazado por un certificado de soltería expedido en México por el registro civil.
:fleche: No se necesita tener una visa para firmar un PACS, con el pasaporte vigente basta.
:fleche: El PACS sólo es un extra que sirve para comprobar que existe un lazo personal en Francia y así obtener una visa de larga estancia (no da derecho pleno como en el caso del matrimonio).

El tramite es cuestión de 10-15 minutos. Sólo el tiempo que se llevan en capturar los datos, las firmas y la impresión de DOS ORIGINALES (expedidas UNA sola vez, por lo que hay que guardarlas muy bien).

Después de contar con el certificado de PACS, habrá que presentarse ante la prefecture y realizar los trámites necesarios para la obtención de un titre de séjour. La respuesta puede tardar hasta 3 meses, por lo que deberá hacerse máximo al mes de haber entrado a Francia.

En la prefecture les pedirán algunos documentos que comprueben que realmente tienen una vida en común de al menos 3 años, claro está que entre más tiempo puedan comprobar que llevan juntos, les dará más puntos.


Algunos consejos prácticos para aquellos que quieren firmar un PACS :

:fleche: abrir una cuenta de banco a nombre de los dos y utilizarla al máximo
:fleche: las facturas de luz, gas (EDF/GDF) y agua a nombre de los dos (se puede hacer por teléfono)
:fleche: el teléfono fijo no cell phone a nombre de los dos (uno que sea el dueño de la línea y el otro el que pagua)
:fleche: incluir los dos nombres en el contrato de arrendamiento
:fleche: guardar TODO lo que pueda comprobar que tienen una relación (facturas de teléfono, fotos, cartas- pueden pedir a amigos o familiares de escribirles a la misma dirección y que incluyan los DOS nombres)
:fleche: tratar de comprar bienes y guardar las facturas con los DOS nombres,
:fleche: guardar los comprobantes de viajes que hayan hecho juntos (avión, tren, hotel...)
:fleche: los comprobantes pueden ser de méxico también


Desgraciadamente yo todavia no tengo respuesta respecto a mi titre de séjour, apenas hace un mes que meti mis papeles a la prefecture. Sin embargo conozco casos en los que el PACS ha sido suficiente para obtener el titre de séjour. En cuanto tenga noticias se los haré saber!! Y cualquier otra duda que tengan, pues aqui estoy!!
Dernière édition par Jane le 01 Aoû 2012, 14:54, édité 3 fois.
Raison: MAJ 08-2012 Bien que ce ne soit pas clair, faîtes apostiller vos actes de naissance mexicains au Mexique, c'est préférable
Avatar de l’utilisateur
BOUH
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 302
Inscription: 30 Aoû 2004, 00:34
Localisation: Montpellier-Cuernavaca

Messagede BOUH » 14 Mar 2005, 17:51

:fleche: El PACS es gratis excepto si usan de los servicios de los notarios franceses.

En cuanto a tiempo:
:fleche: Para firmar el PACS, si llegan temprano y son los primeros en pasar, tardaran a lo mucho 15 minutos. En agosto son las vacaciones judiciales.
:fleche: El tiempo para que puedas firmar el PACS dependera de la rapidez con la que reunas todos tus papeles. También de la disponibilidad en el tribunal, porque te recuerdo que hay que hacer cita.

yo en mi carta de motivacion puse el tiempo que llevaba de conocer a mi novio, un poquito de como nos habiamos conocido, mi experiencia estudiando y trabajando en Francia asi como el hecho de que pensamos casarnos proximamente en México.

Si ya estuviste estudiando en Francia, te recomiendo que pongas la fecha de tu visa de estudiante (incluyendo una copia del titre de sejour) mmm y creo que es todo...

ah! y por supuesto que tienes muchas muchas ganas de formar parte de esta sociedad tan bella!!!! :mrgreen:

pero bueno hay varios puntos que me gustaria aclarar...
:fleche: legalmente la prefectura esta en todo su derecho de pedirte que compruebes UN AÑO de vida en comun, si no lo llegan a hacer pues que de lujo, pero eso es lo que pide la ley...
En mi caso, cuando entregué mis documentos no me pidieron comprobar nada, sin embargo a los 2-3 meses me enviaron una carta diciendo que mi expediente estaba incompleto y que por lo tanto no podian darme una respuesta, asi que tenia que llevarles a la brevedad posible comprobantes de que llevaba una vida en comun con mi pareja de al menos un año(en la carta estaba en negritas y en mayusculas- o sea que es importante!).


Aclaro que cuando hice el tramite para el titre de séjour, apenas tenia 2 dias de haber firmado el PACS, esto quiere decir que el año de vida en comun no empieza a contar a partir del momento de firmar el PACS.

:fleche: claro que se puede obtener la nacionalidad francesa, solo que habra que esperar 5 años y no haber estado fuera de territorio francés por mas de 6 meses consecutivos o bien, tener un hijo nacido en Francia.

:fleche: no se necesita ninguna apostilla, la traduccion basta, pero hay que preguntar.
apostilla-des-diplomes-des-actes-mexicains-t9033.html
:fleche: efectivamente, se tiene que hacer una cita con bastante tiempo de anticipacion.
Avatar de l’utilisateur
BOUH
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 302
Inscription: 30 Aoû 2004, 00:34
Localisation: Montpellier-Cuernavaca

PACS

Messagede BOUH » 15 Mai 2005, 17:52

hola de nuevo!!

para los que han seguido un poco mi experiencia, les informo que después de 3 meses de haber firmado el PACS y haber solicitado mi carte de séjour, con gran gusto he recibido mi récépissé.

Ya pasé la visita médica en la OFFI que es OBLIGATORIA para obtener la carte de séjour.

Esta visita médica ha cambiado mucho. Hace 3 años que pasé la primera en Paris, fue asi como que bastante rapido, peso, medida, examen de la vista, radiografia y ya, como unas 3 horas.

En la segunda, hace 1 año en Avignon, fue parecida pero solo tuve que esperar como una hora y media.

Y esta ultima, que data de la semana pasada en Montpellier fue toda la mañana. El examen sencillo con la enfermera, después la radiografia, después con un médico, miles de preguntas, historial médico etc.

Después de eso, una sesion en grupo y un video de 20 minutos que da la bienvenida a los extranjeros en Francia y explica un poco como funciona el pais.

Después viene un asistente social de la Offi que te hace varias preguntas de tipo migratorio (por supuesto), es decir, la fecha en que entraste a Francia, si tienes familia aqui, si has trabajado etc etc.

Después hay otra persona que se encarga de dar informacion acerca de los tramites que se tienen que llevar a cabo: SS, ANPE etc. Al final si quieres, puedes firmar el CONTRAT DE ACCUEIL ET INTEGRATION que te ayuda por ejemplo en caso de que necesites clases de francés, estas seran gratuitas.

También te ayuda para tener asistencia legal y bueno después te citan un ida completo en otro lado para tener un apoyo mas personalizado. Si tienes un nivel de francés adecuado (es decir, apto para poder comunicarte en lo cotidiano), la OMI expide un diploma que sera un requisito para la naturalizacion.

A grandes rasgos, esto es lo que yo vivi. Ahora solo habra que esperar la carte de séjour por un año, que me dijeron que tardaria como unas 3 semanas.

Después de 6 meses de angustia, por fin veo con claridad y me doy cuenta de que solo es cuestion de paciencia y si todo esta en regla, no hay nada que temer... solo esperar todos estos tramites burocraticos.

:sm16:
Modératrice BOUH
Avatar de l’utilisateur
BOUH
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 302
Inscription: 30 Aoû 2004, 00:34
Localisation: Montpellier-Cuernavaca

Pacs Vie commune en France

Messagede Jane » 28 Juin 2006, 11:45

ATTENTION BOUH a raison,

IL FAUT AVOIR UN AN DE VIE EN COMMUN EN FRANCE IL EST INUTILE DE DEMANDER UNE CARTE DE SEJOUR VIE PRIVEE SI VOUS N'AVEZ PAS VECU UN AN EN FRANCE AVEC VOTRE AMI (E) ET de pouvoir LE PROUVER, sinon LE DOSSIER SERA REFUSE.

cad avoir pu séjourner en France légalement un an , être venu il y a un an, avec un visa long séjour d'un an délivré au Mexique (etudes longues ou au pair par exemple) et à cette occasion avoir pu enregistrer un pacs. et on n'obtient pas de carte de séjour temporaire vie privée et familiale (CSTVPF) sans le prouver, mais une simple carte temporaire de séjour Visiteur qui n'autorise pas à travailler et qui n'est accordée que si le partenaire du Pacs est en mesure de justifier de ressources financières suffisantes pour le couple et que sur présentation d'un visa long séjour à obtenir au Mexique si l'on est pacsé à l'étranger avec un Français, ou si on ne remplit pas les conditions de vie commune.

Le fait d'avoir conclu un PACS avec un ressortissant français ne permet pas en soi l'obtention d'un visa de long séjour. Il sera cependant pris en compte lors de l'examen de votre demande.
La liste des pièces justificatives est à demander auprès du Consulat français compétent.




De plus, certaines préfectures ont des délais extrêmment longs, voire de plusieurs mois, ne délivrent qu'un récepissé temporaire de demande et n'hésitent pas à renvoyer les dossiers incomplets.

Enfin la nouvelle loi sur l'immigration de Juillet 2006, exige un visa long séjour pour le mariage en France.

Enfin un PACS est facile à défaire, mais en cas d'enfants et de biens en communs ou de succession, cela se passe comme pour un divorce ou une succession avec les mêmes problèmes.

Faîtes lire ces textes à votre partenaire avant de vous lancer.

Autorité compétente : Tribunal d’instance de la résidence commune des partenaires.
Pièces obligatoires à fournir :
- convention de PACS en un exemplaire original ou une expédition de l’acte notarié ;
- photocopie de la pièce d’identité de chacun des partenaires (les originaux seront exigés lors de l’enregistrement du P.A.C.S.) ;
- attestation sur l’honneur de la résidence commune située dans le ressort géographique du tribunald’instance ;
- attestation sur l’honneur de l’absence de lien de parenté ou d’alliance entre les partenaires ;
- copie intégrale de l’acte de naissance de chacun des partenaires (moins de trois mois pour un acte délivré par les autorités françaises et moins de six mois pour un acte délivré par les autorités étrangères).
Cas particuliers :
Divorcé (e) ou veuf (ve), le partenaire concerné doit produire son livret de famille (original et copie) avec la mention du divorce ou du décès du conjoint ou la copie intégrale, selon le cas, de l’acte de mariage dissous par divorce ou de l’acte de décès du conjoint ou le jugement de divorce (original et copie) ; NB : l’acte de naissance doit porter la mention du divorce
La personne de nationalité étrangère, née à l’étranger, devra :
- faire traduire par un traducteur inscrit sur la liste des experts près la Cour d’appel de Paris son acte de naissance revêtu de l’apostille (s’informer auprès de l’Ambassade ou du Consulat du pays émetteur de l’acte) ;
- produire un certificat de NON-PACS (moins de trois mois) délivré par le tribunal de grande instance de Paris,annexe Brabant, service des PACS, 11, rue de Cambrai, 75019 Paris (ou par courrier à l’adresse suivante : tribunal de grande instance de Paris, annexe Brabant, greffe central civil, service des PACS, 4, boulevard du Palais 75055 Paris cedex 01, auquel il faut joindre, outre une enveloppe timbrée à l’adresse de destination, une copie de l’acte de naissance et de sa traduction le cas échéant, et une photocopie d’un titre d’identité mentionnant l’état civil complet, en précisant les noms patronymique et d’usage, les prénoms, la situation matrimoniale :
célibataire, divorcé(e), veuf(ve) de M. ou Mme ....-à justifier par la photocopie du livret de famille, la copie du jugement de divorce ou de l’acte de décès, etc...- et la nature de l’acte pour lequel la demande est formulée) ;
- fournir un certificat de coutume, délivré par les consuls étrangers en France, attestant que le ressortissant étranger est célibataire, majeur au regard de sa loi nationale et qu’il a ou non la capacité juridique à conclure un contrat ;
- fournir un certificat de non-inscription au répertoire civil, à demander auprès du Ministère des affaires
étrangères et européennes, service central d’état civil, 11 rue de la Maison blanche, 44941 Nantes Cédex 9, si la personne étrangère réside en France depuis plus d’un an ;
La personne étrangère née en France devra produire un certificat de coutume (voir ci-dessus)
N.B. Tout PACS enregistré (ou sa modification ou sa dissolution) fait l’objet d’une mention en marge de l’acte de naissance.
Bien explique ici
https://docs.google.com/viewer?a=v&q=ca ... 7X7dGVvWPw

-------------------------------------------------------------
En cas de difficultés voir les associations

ARDHIS
http://ardhis.free.fr/

GISTI FASTI

:fleche:Le PACS et l’obtention d’un titre de séjour

La régularité du séjour sur le territoire national n’est pas une condition de validité du PACS.
En conséquence, l’absence de titre de séjour régulier ne peut pas être opposée au ressortissant étranger pour refuser l’enregistrement d’un PACS.

Néanmoins, lors de leurs auditions, divers représentants d’associations ont évoqué les difficultés rencontrées par des ressortissants étrangers pacsés ou désirant se pacser en France, au regard des dispositions contenues dans l’ordonnance du 2 novembre 1945 relative aux conditions d’entrée et de séjour des Etrangers sur le territoire français. Ils demandent à cet égard, un alignement de la condition du partenaire pacsé sur celle du conjoint d’un français ou d’un étranger en situation régulière.

:fleche: En l’état du droit, la signature d’un pacte civil de solidarité n’emporte pas la délivrance de plein droit d’une carte de séjour temporaire “ Vie privée et Familiale ” au ressortissant demandeur pacsé avec un français ou un ressortissant étranger en situation régulière.

:fleche:
Comme tout étranger, le partenaire lié par un PACS doit rapporter, à l’appui de sa demande d’obtention d’un titre de séjour, toute justification de la “ réalité et la stabilité des ses liens personnels et familiaux effectifs en France au regard de ceux qu’il a conservés dans son pays d’origine ” ( art. 12 bis 7° ord. préc.).

:fleche: A transposer au Pacs, documents prouvant la vie commune (préfecture lille)
Image
Les factures de portable ne sont pas prises en compte.

:fleche: Au départ, l’ancienneté et la stabilité du lien établi en France ainsi que l’intensité du lien conservé avec le pays d’origine ont pu donner lieu, par les préfectures, à des interprétations divergentes de la circulaire du 10 décembre 1999, partiellement censurée par le Conseil d’Etat, qui prenait en compte des éléments d’appréciation différents tenant à la durée de la vie commune ( 3 ans ou 5 ans) et à la nationalité ou l’origine du partenaire du demandeur selon s’il était entré en France régulièrement ou non.

:fleche: Une nouvelle lettre du ministre de l’intérieur en date du 4 avril 2002 (Circulaire Villepin voir ci-dessous) invitent les préfets à autoriser le séjour du demandeur étranger dès lors qu’il justifie d’une année de vie commune en France avec un français ou un ressortissant communautaire.

:fleche: Lorsque l’intéressé ne satisfait pas à la condition d’un an de vie commune, une carte de séjour “ visiteur ”, valable un an, peut lui être délivrée. Il est alors tenu compte des ressources du partenaire français et de la présentation par le demandeur d’un visa de long séjour.
Dans ce cas, le visa visiteur ne permet pas de travailler.

En revanche, le délai de cinq ans reste opposable au demandeur d’un partenaire qui n’est pas originaire d’un état membre de la communauté européenne.
Pour signer un pacs au consulat
http://www.consulfrance-mexico.org/spip.php?article251
:fleche: Le renouvellement de la carte de séjour temporaire “ vie privée et familiale ” s’effectue selon les mêmes règles que pour sa délivrance: justification de la validité du PACS et preuve du maintien de la vie commune. Ces vérifications s’effectueraient essentiellement lors des deux premières demandes de renouvellement. A compter de la troisième demande, un assouplissement de ces contrôles n’est pas à exclure ce qui reviendrait à aligner de facto le régime du renouvellement pour les pacsés sur celui des époux ( le délai exigé pour l’obtention d’une ca rte de résident par le conjoint d’un français est de deux ans).
Il a par ailleurs été indiqué au groupe de travail que l’accès à la carte de résident par un partenaire étranger pacsé suppose réunies les conditions de droit commun posées par l’article 14 de l’ordonnance du 2 novembre 1945 ( 5 ans de séjour régulier, moyens d’existence suffisants et preuve d’une intégration républicaine satisfaisante dans la société française).

Le PACS est sans effet sur les règles de la filiation et de l'autorité parentale. Il ne vous confère pas le droit d'adopter ensemble un enfant ou, si vous vivez avec un partenaire de même sexe, de recourir à une procréation médicalement assistée.

:fleche: CIRCULAIRE 2002 DE VILLEPIN
La situation des étrangers signataires d'un pacte civil de solidarité
La loi n° 99-944 du 15 novembre 1999 relative au pacte civil de solidarité (PACS) dispose en son article 12 que la conclusion d'un PACS constitue l'un des éléments d'appréciation des liens personnels en France au sens du 7° de l'article 12 bis de l'ordonnance du 2 novembre 1945 modifiée. Le législateur n'a pas entendu les traiter mieux que les étrangers soumis aux règles du droit commun du regroupement familial.

Il vous appartient en conséquence de procéder à un examen particulièrement attentif et circonstancié des demandes d'admision au séjour émanant de ressortisssants étrangers signataires d'un PACS au regard des critères de réalité et de stabilité des liens posés par
l'article 7-4 du décret du 30 juin 1946 pris pour l'application dudit article 12 bis 7°, et à la lumière des instructions contenues dans mes circulaires du 12 mai 1998 et 19 décembre 2002 précitées.

Dans ce cadre, il convient d'exiger des intéressés qu'ils produisent, à chaque demande de délivrance ou de renouvellement du titre de séjour, la production d'une attestation datée de moins de trois mois, du greffe du tribunal d'instance de leur lieu de naissance ou du tribunal de grande instance de Paris en cas de naissance à l'étranger, certifiant l'engagement dans les liens du PACS.

En outre, et conformément aux critères habituels d'examen des demandes fondées au titre du 12 bis 7° de l'ordonnance, il incombe aux intéressés de justifier de la réalité et de la stabilité de leurs liens sur le territoire français compte tenu notamment de l'effectivité et de l'ancienneté de leur vie commune en France, qui n'est jamais présumée, au regard des liens conservés dans le pays d'origine.

Le critère de stabilité des liens doit par ailleurs vous conduire à vérifier que le partenaire du demandeur dispose d'une situation administrative stable sur le territoire, c'est à dire réside en France sous couvert d'une carte de séjour en cours de validité, possède la nationalité française ou encore dispose d'un droit au séjour en qualité de citoyen de l'Union Européenne.

A défaut, vous serez amené à opposer un refus à la demande de titre de séjour formulée par l'intéressé sur ce fondement, la vie commune pouvant sans dommage se reconstituer hors du territoire français.
Ainsi, le législateur n'a pas entendu assimiler la situation des ressortissants étrangers signataires d'un PACS avec un ressortissant français ou de l'Union européenne à celle des étrangers conjoints d'un Français ou d'un citoyen de l'Union.

En effet, et contrairement à cette dernière catégorie, la seule conclusion d'un PACS avec un Français ou un ressortissant d'un État membre de l'Union européenne ne saurait emporter la délivrance de plein droit d'un
titre de séjour, l'ancienneté de la vie commune devant toujours être établie.
Compte tenu toutefois de la spécificité de la situation de ces partenaires de PACS, qui doit être distinguée de la simple relation de concubinage, et comme vous l'appliquez depuis avril 2002, une appréciation pragmatique des critères de réalité et de stabilité des liens ci-dessus évoqués vous conduira normalement à considérer comme satisfaite la condition de stabilité des liens en France, dès lors que les intéressés justifieraient d'une durée de vie commune en France égale à un an.

:fleche: :fleche: Dans l'hypothèse où les intéressés ne pourraient justifier d'une telle ancienneté de vie commune mais présentent à l'appui de leur demande un visa de long séjour, vous autoriserez dans un premier temps l'admission au séjour des intéressés en qualité de visiteur, en tenant compte des ressources du partenaire français ou communautaire. (sans autorisation de travail)

Vous veillerez enfin à ne vérifier le maintien effectif de la vie commune entre les deux partenaires qu'à l'occasion des deux seuls premiers renouvellement de la carte de séjour temporaire portant la mention « vie privée et familiale », à l'instar des contrôles effectués sur la situation des ressortissants étrangers conjoints de Français. Vous continuerez en revanche à solliciter à l'appui de chaque demande de renouvellement de la carte de séjour et dans les conditions rappelées ci-dessus une attestation justifiant que le PACS est toujours valide.


:fleche: CIRCULAIRE DE 1998 ([b]modifiée depuis pour la restriction des étudiants)[/b]


RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
Liberté Égalité Fraternité
MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR
Direction des libertés publiques et des affaires juridiques
DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR
N°NOR: INT/D/99/00251/C

Paris, le 10 12 1999

LE MINISTRE DE L'INTÉRIEUR

À

MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS
MONSIEUR LE PRÉFET DE POLICE
Direction de la police générale

OBJET : Application de l'article 12 bis 7° de l'ordonnance n°45-2658 du 2 novembre 1945 modifiée aux partenaires d'un pacte civil de solidarité (PACS).


La loi n'99-944 du 15 novembre 1999 relative au pacte civil de solidarité dispose en son article 12 que « la conclusion d'un pacte civil de solidarité constitue l'un des éléments d'appréciation des liens personnels en France, au sens du 7° de l'article 12 bis de l'ordonnance n°45-2658 du 2 novembre 1945 relative aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers en France pour l'obtention d'un titre de séjour ».

L'objectif affiché par le législateur consiste à assurer le respect effectif dû aux étrangers non mariés résidant en France, qui y ont noué et développé des liens personnels et affectifs, alors que l'accent avait été porté jusque là essentiellement sur la protection de la seule vie familiale, au sens de l'article 8-1 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales (CEDH).

Par la conclusion d'un pacte civil de solidarité (PACS), l'étranger inscrit ses liens personnels dans une situation juridique, créatrice de droits et obligations, et distincte d'une simple relation de concubinage. Le Conseil constitutionnel dans sa décision 99-419 du 9 novembre 1999 a ainsi précisé que « les obligations auxquelles sont assujettis les signataires d'un pacte civil de solidarité les placent dans une situation différente de celles des personnes vivant seule ou en concubinage ».

L'objet de la présente circulaire est donc d'apprécier les conséquences, au plan du droit au séjour, qu'il convient de tirer de la signature d'un PACS par un étranger que d'autres éléments permettent par ailleurs de rattacher aux bénéficiaires de l'article 12 bis 7° de l'ordonnance.

La situation des étrangers parties à un PACS doit toujours être examinée à la lumière des prescriptions de l'article 7-4 du décret modifié du 30 juin 1946 qui précise que « pour l'application du 7° de l'article 12 bis de l'ordonnance du 2 novembre 1945 précitée, l'étranger qui invoque la protection due à son droit au respect de sa vie privée et familiale doit apporter toute justification permettant d'apprécier la réalité et la stabilité, de ses liens personnels et familiaux effectifs en France au regard de ceux qu'il a conservés dans son pays d'origine ».

De même, les instructions contenues dans ma circulaire NOR : INTD9800108C du 12 mai 1998 (II, B 7°) relatives aux conditions d'admissibilité au bénéfice de l'article 12 bis 7° demeurent applicables, en particulier en ce qui concerne l'appréciation de la situation de concubinage pour l'admission au séjour. A l'exception de la présence d'enfants, que vous n'opposerez pas aux signataires d'un PACS, et des autres points expréssement modifiés par la présente circulaire, l'ensemble des critères énoncés reste intégralement applicable, à savoir notamment :

la nationalité française ou, s'il est de nationalité étrangère, la régularité du séjour du partenaire attestée par la production d'une carte de séjour temporaire, d'une carte de résident en cours de validité ou du récépissé de renouvellement de l'un de ces titres ;
la justification du caractère notoire et relativement ancien de sa relation de couple en France qui n'est jamais présumée ;
l'absence de possibilités de poursuivre cette relation à l'étranger.
En outre, je rappelle que la réserve d'ordre public est bien entendu toujours opposable et que vous devez notamment continuer à refuser de prendre en compte les demandes émanant d'étrangers vivant en état de polygamie en France.

Sous ces réserves, je vous invite à apporter une attention particulière aux demandes d'admission au séjour ou de renouvellement de carte de séjour qui pourraient vous être soumises par des ressortissants étrangers partenaires d'un Français, d'un ressortissant d'un État membre de l'Union européenne ou d'un étranger en situation régulière, dans le cadre d'un PACS.

I : Délivrance d'un premier titre de séjour « vie privée et familiale » sur le fondement de l'article 12 bis 7° de l'ordonnance, fondée sur la conclusion ou l'existence d'un PACS
Vous pourrez être saisis d'une demande d'admission au séjour au titre de l'article 12 bis 7° de l'ordonnance du 2 novembre 1945 modifiée, émanant d'un ressortissant étranger séjournant sur le territoire français depuis plusieurs années. Dans cette hypothèse, la conclusion d'un pacte civil de solidarité doit être accompagnée de la preuve par tous moyens d'une communauté de vie effective, le Conseil constitutionnel ayant souligné, dans sa décision précitée, que « la vie commune mentionnée par la loi déférée suppose, outre une résidence commune, une vie de couple ». Ainsi la réunion de ces deux éléments constitue une présomption raisonnable de stabilité de la situation personnelle de l'intéressé et un indice pertinent de sa volonté d'insertion dans la société française, particulièrement renforcé si l'autre partenaire est un Français ou un citoyen de l'Union européenne.

Je précise qu'il vous appartient de vérifier à chaque demande d'admission au séjour sur le fondement de l'article 12 bis 7° présentée par un étranger partenaire à un PACS, qu'est produite une attestation, datée de moins de trois mois, du greffe du tribunal d'instance de son lieu de naissance ou du tribunal de grande instance de Paris en cas de naissance à l'étranger, certifiant l'engagement ou non dans les liens du PACS. Vous pourrez appliquer ce délai par assimilation avec le délai de trois mois prescrit par l'article 70 alinéa 2 du code civil pour les actes de naissance remis par les futurs époux à l'officier d'état civil devant célébrer le mariage.

:fleche: a) Étranger ayant conclu un PACS avec un Français

Vous pourrez considérer que la condition de stabilité du lien personnel dont se prévaut le demandeur est notamment remplie quand l'étranger signataire d'un PACS, valide, apporte la preuve d'une ancienneté de vie commune d'au moins trois ans avec un Français, dans notre pays, quelle que soit la date à laquelle le PACS a été conclu.

Je précise, également, que dans le cas où un partenaire étranger de Français présente un visa de long séjour, en vue de l'obtention d'un titre de séjour « visiteur » vous prendrez en compte, dans l'appréciation de son niveau de ressources, les revenus de son partenaire français.

b) Étranger ayant conclu un PACS avec un ressortissant de l'Union européenne

Par analogie avec la situation des partenaires de Français, les étrangers ressortissants d'États tiers partenaires de ressortissants d'états membres de l'Union européenne dans le cadre d'un PACS se voient délivrer un titre de séjour dans les mêmes conditions en application du principe d'égalité de traitement conféré par le droit communautaire.

A cette occasion, j'attire également votre attention bien que cette situation ne relève pas des conditions d'application de l'article 12 bis 7°, sur le cas du ressortissant communautaire partenaire d'un Français ou d'un ressortissant d'un autre État membre de l'Union européenne, auxquels vous pourrez délivrer, après vérification du respect de la condition de continuité de vie commune précitée, une carte CEE « non actif » de cinq ans, en prenant en considération les revenus des deux parties au PACS, dans la mesure où il ne pourrait se prévaloir par ailleurs d'un droit au séjour découlant directement du droit communautaire.

c) Étranger ayant conclu un PACS avec un étranger non ressortissant d'un État de l'Union européenne

Vous pourrez considérer que la condition de stabilité du lien personnel dont se prévaut le demandeur est notamment remplie quand il apporte la preuve d'un concubinage effectif d'une certaine durée qui ne devrait être qu'exceptionnellement inférieure à cinq ans avec un étranger non ressortissant d'un État de l'Union européenne en situation régulière, et assorti de la conclusion d'un pacte civil de solidarité.

De même, un PACS conclu depuis au moins trois ans avec un étranger en situation régulière, et non dissous, devrait permettre la délivrance d'un titre de séjour « vie privée et familiale », sous réserve de la preuve d'une continuité de vie commune avec son cocontractant. La situation régulière du partenaire sera attestée par une carte de résident ou une carte de séjour temporaire, ou le récépissé de renouvellement de l'un de ces titres

En revanche le présent dispositif n'a pas vocation à s'appliquer aux étrangers partenaires de titulaires d'une carte de séjour temporaire portant la mention « étudiant ». Le législateur a en effet entendu limiter les possibilités de changement de statut des étrangers entrés en France pour suivre un enseignement supérieur (article 12 bis 3, article 15-12° de l'ordonnance du 2 novembre 1945 modifiée) car ils ont vocation, au terme de leurs études, à retourner dans leur pays pour l'enrichir des connaissances acquises en France. Ainsi l'octroi d'un titre « vie privée et familiale » au partenaire de l'étudiant pourrait faciliter les risques de détournement de procédure, car il encouragerait l'étudiant à demeurer en France à un autre titre que celui pour lequel il y est autorisé.

II : Demande de renouvellement d'une carte « vie privée et familiale » sur le fondement de l'article 12 bis 7 de l'ordonnance, fondée sur l'existence d'un PACS
Le renouvellement annuel d'une carte de séjour temporaire portant la mention « vie privée et familiale » est subordonné au respect des prescriptions de l'article 8-7 du décret modifié du 30 juin 1946, lequel dispose que « l'étranger déjà admis à résider en France qui sollicite le renouvellement d'une carte de séjour temporaire présente à l'appui de sa demande (...) s'il relève des dispositions de l'article 12 bis de l'ordonnance du 2 novembre 1945 précitée les pièces justifiant que ces dispositions lui sont toujours applicables ».

Dés lors, il convient de vérifier, à chaque demande de renouvellement d'un titre de séjour « vie privée et familiale » délivré à l'étranger partenaire d'un PACS, que sont produits une attestation, datée de moins de trois mois, du greffe du tribunal d'instance de son lieu de naissance ou du tribunal de grande instance de Paris en cas de naissance à l'étranger, certifiant l'engagement ou non dans les liens du PACS, ainsi que les justificatifs de toute nature démontrant la continuité de vie commune entre les partenaires, sur le sol français.

Vous veillerez à l'application diligente des présentes instructions et ne manquerez pas de me signaler toute difficulté qui pourrait survenir lors de leur mise en oeuvre.



:fleche: CIRCULAIRE DU 12 MAI 98 DELARUE (concubinage)
Le directeur des libertés publiques et des affaires juridiques

Jean-Marie DELARUE
CIRCULAIRE N° NOR/INT/D/98/00108C
1 - Vous devez tout d'abord exiger du demandeur qu'il justifie de l'existence d'une vie privée et familiale en France.

NOTION DE VIE PRIVEE ET FAMILIALE.

La vie privée et familiale au titre de laquelle vous pourrez être conduit à délivrer un titre de séjour est limitée en principe à la seule famille nucléaire, à savoir une relation maritale et/ou une relation filiale.

Les autres aspects de la vie familiale au sens large (liens collatéraux, adoptions, tuteurs, grands-parents) ne devront être pris en considération que de manière subsidiaire :

- soit parce que le demandeur a perdu toutes ses attaches familiales dans son pays d'origine, et réside donc chez un autre membre de sa famille (frère, oncle ou grands-parents);

- soit parce que le demandeur a encore ses liens parentaux, mais a fait l'objet de la part d'une autorité ou d'une juridiction française (transcrivant, le cas échéant, une décision d'une juridiction étrangère), d'une mesure de tutelle, de placement judiciaire ou social dans une famille d'accueil en France.

De même les enfants majeurs ne seront qu'exceptionnellement pris en compte -s'ils n'ont pas de vie familiale propre- et seulement si leur présence est absolument nécessaire à la prise en charge de parents âgés
ou malades.

CHARGE DE LA PREUVE.
Il revient toujours à l'étranger de prouver qu'il a en France une vie familiale à laquelle une éventuelle mesure de police est susceptible de porter atteinte.

CONCUBINAGE.
Il convient de noter qu'au regard de l'appréciation de l'existence d'une vie familiale, il n'y a pas de différence substantielle entre le mariage et le concubinage. Bien entendu, sous réserve que l'étranger apporte des justifications du caractère notoire et relativement ancien de sa relation de concubinage en France, quin'est jamais présumée.

Le caractère effectif de la relation de concubinage ressortira de plusieurs éléments que vous apprécierez de manière cumulative :

- Une certaine ancienneté de communauté de vie en France.
A titre d'exemple, un étranger attestant d'une ancienneté de cinq années
de vie commune pourrait être considéré comme remplissant cette condition.
La preuve de cette communauté de vie vous sera apportée par tous moyens, notamment une attestation de vie commune signée du maire de la commune de résidence, des actes administratifs ou privés, etc.;

- La présence d'enfant(s) issu(s) de cette relation (au jour de la emande) sur le(s)quel(s) le demandeur a autorité parentale (il devra à cet effet vous produire un acte de communauté de vie délivré par le
juge aux affaires familiales);

- La situation régulière du concubin au regard du séjour en France s'il est de nationalité étrangère (situation régulière attestée par la production d'une carte de séjour temporaire, une carte de résident en cours de validité ou le récépissé de renouvellement de l'un de ces titres de séjour).

Le ressortissant étranger qui réunit ces trois conditions pourra alors se voir délivrer une carte de séjour temporaire sur le fondement
de l'article 12 bis 7°

2 - Vous devez ensuite exiger du demandeur qu'il établisse l'ancienneté de sa vie privée et familiale en France.

Même avérée, la simple existence d'une vie privée et familiale en France de l'étranger ne suffit pas pour qu'il soit recevable à bénéficier de la carte de séjour portant la mention " vie privée et familiale ". Encore faut-il que cette vie familiale soit inscrite dans la durée.

Hormis le cas des étrangers conjoints de français depuis plus d'un an et qui sont en mesure de justifier d'une communauté de vie effective, vous prendrez en considération de manière cumulative :

- l'ancienneté du séjour habituel en France de l'étranger demandeur (l'ancienneté de ce séjour ne pouvant qu'être qu'exceptionnellement inférieure à cinq ans);

- l'ancienneté du séjour en France de la famille nucléaire (conjoint, concubin, parents, frères et soeurs), qui devrait, elle-aussi, être au moins égale à cinq ans. Dès lors que la famille directe de l'étranger réside régulièrement en France depuis une très longue période, vous ferez une application souple du critère tiré de l'ancienneté du séjour du demandeur lui-même.


3 - Vous devez enfin exiger du demandeur qu'il soit en mesure de démontrer la réalité et l'intensité des liens familiaux dont il se prévaut en France.

Ceux-ci s'apprécient sous deux aspects complémentaires et cumulatifs. L'étranger doit tout d'abord justifier que sa vie familiale existe essentiellement en France. Au plan qualitatif, l'étranger doit aussi démontrer l'intensité de sa relation familiale en France.

REALITE DE LA VIE FAMILIALE.
L'étranger doit tout d'abord démontrer que le centre de ses intérêts familiaux est en France. Pour cela, il doit vous apporter la preuve que l'essentiel de ses liens familiaux réside en France. Cette preuve peut être fournie par deux moyens :

- soit l'étranger vous démontre qu'il n'a plus aucun lien familial direct avec son pays d'origine (par la production d'actes de décès par exemple);

- soit l'étranger multiplie les preuves de liens familiaux nombreux en France, en produisant les pièces d'identité et/ou de séjour des membres de sa famille installés régulièrement en France.

En tout état de cause, l'étranger sera présumé posséder l'essentiel de ses liens familiaux en France dès lors qu'il cumule en France des liens matrimoniaux et filiaux, ou des liens parentaux et collatéraux.

INTENSITE DES LIENS FAMILIAUX.
L'étranger doit ensuite vous démontrer qu'il entretient avec sa famille installée en France des relations certaines et continues.

Cette effectivité des liens apparaîtra notamment par la constatation d'une résidence partagée, ou du moins de lieux de résidence rapprochés, et d'attestations sur l'honneur des membres de la famille en
question.

4 - Vous devez enfin vérifier que la vie privée et familiale en France dont se prévaut l'étranger est stable, et ne peut pas se reconstituer en dehors du territoire.

La vie privée et familiale dont se prévaut le demandeur de la carte de séjour " vie privée et familiale ", nonobstant son ancienneté, sera considérée comme inopérante au regard de l'article 12 bis 7°, dès
lors que cette famille réside en France de façon précaire (sous A.P.S.)
ou dépourvue de tout document de séjour.

Il est indispensable qu'au moins un membre de cette famille proche (enfant, conjoint ou parent) dispose d'un titre de séjour en cours de validité, ou soit de nationalité française. Sinon, le demandeur n'a aucun droit à demander le bénéfice de la carte de séjour " vie privée et familiale ", cette vie familiale pouvant se reconstituer sans dommage en dehors du territoire français.

A ce propos, le juge administratif estime de manière constante que la présence d'enfants mineurs, même scolarisés en France, ne fait pas obstacle à l'éloignement, dés lors que n'existe aucun obstacle à ce
que les parents les emmène avec eux.

DEROGATIONS.
Vous veillerez toutefois à effectuer une application particulièrement souple des critères précédents, dans des cas exceptionnels, lorsque l'étranger est en mesure de vous démontrer que sa présence est indispensable à sa famille installée en France, et que son éloignement, même temporaire du territoire français, porterait une atteinte manifestement excessive à l'équilibre de cette famille (par exemple l'étranger qui s'occupe de son conjoint invalide à 80%). Vous n'exigerez pas alors que cette vie familiale soit inscrite dans la durée, et ne lui opposerez pas les liens familiaux éventuels qu'il conserverait dans son pays d'origine.


Réponse du ministre publiée au JO le 08/12/2003 ; p. 9364 :

Aux termes de l’article 12 de la loi du 15 novembre 1999 relative au pacte civil de solidarité, la conclusion d’un PACS constitue l’« un des éléments d’appréciation des liens personnels en France au sens du 7e alinéa de l’article 12 bis de l’ordonnance du 2 novembre 1945 modifiée » pour la délivrance d’une carte de séjour temporaire portant la mention « Vie privée et familiale ». L’étranger majeur, de l’un ou l’autre sexe, qui demande l’admission au séjour à ce titre doit cependant apporter la preuve de la réalité et de la stabilité de ses liens personnels en France conformément à l’article 7-4 du décret du 30 juin 1946 modifié. La délivrance d’une carte de séjour temporaire « Vie privée et familiale » suppose donc une communauté de vie durable dans notre pays, l’ancienneté de vie commune à l’étranger n’étant pas prise en compte. La conclusion d’un PACS à l’étranger est créatrice d’obligations entre un étranger et un ressortissant français dont il doit être tenu compte dans le traitement des demandes de visa. Lorsque la condition de communauté de vie en France n’est pas remplie, les étrangers, de l’un ou l’autre sexe, pacsés avec un ressortissant français peuvent solliciter un visa de long séjour à un autre titre et notamment en qualité de visiteur, s’il existe une communauté de vie effective dans le pays de résidence. Dans ce cas, les services consulaires apprécient les moyens financiers de l’étranger en tenant compte le cas échéant des ressources du partenaire français (la présentation d’une prise en charge accompagnée d’un justificatif des ressources du partenaire est alors demandée). Une attestation récente de PACS est également exigée afin de s’assurer de sa non-dissolution. Le ministère des affaires étrangères veille à ce que ces principes soient respectés et à ce qu’il ne soit pas porté atteinte au droit au respect à la vie privée et familiale, ce qui exclut toute politique délibérée et systématique de refus de visa, qui irait à l’encontre des principes défendus par la France en matière d’immigration. En revanche, l’obligation de motiver les refus de visa de long séjour opposés aux partenaires étrangers qui se prévalent d’un PACS conclu avec un ressortissant français nécessiterait une modification de l’article 5 de l’ordonnance du 2 novembre 1945, qui n’est pas envisagée actuellement.



Por favor lei bien lo que Bouh explica antes de mandar aqui ftopic4618.php si no encuentran la solucione.
:merci: lejan este tema libre por los requisitos, seria ma claro.
Dernière édition par Jane le 29 Mai 2008, 08:07, édité 8 fois.
Jane @ http://mexico.canalblog.com/
Modo bourreau ou burro (au choix)
Vive les vacances !
Image
Avatar de l’utilisateur
Jane
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9045
Inscription: 29 Mar 2004, 10:01


Retourner vers Mexicains en France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité