Olivier Tschumi : une pétition pour continuer le combat

Débats, sports, politique, l'actualité mexicaine

Modérateurs: Xochitl, Jane, Tortuga

Olivier Tschumi : une pétition pour continuer le combat

Messagede vincentmty » 10 Nov 2012, 09:35

PETITION A DIFFUSER S'IL VOUS PLAIT

Au 1er décembre prochain, Enrique Pena Nieto, élu président du Mexique en juillet dernier, entrera dans ses nouvelles fonctions. Et, à chaque changement de présidence, des milliers de dossiers en cours passent à la trappe. «Avec cette pétition adressée aux autorités mexicaines, nous voulons non seulement que l’enquête se poursuive, mais également que le dossier d’Olivier soit envoyé au procureur suisse, chose qui, pour l’instant, a toujours été refusée», explique Frédérique Santal.

Pour cette dernière, il paraît plausible que ce refus cache, en réalité, un dossier vide. «Nous savons que des battues ont été organisées dans la forêt où Olivier a été enlevé, mais seulement six semaines plus tard. Parc contre, au sujet d’éventuels interrogatoires, le flou subsiste. Nous avons reçu des témoignages assez contradictoires.»


Une association


Depuis l’enlèvement de son frère en décembre 2010, Frédérique Santal n’a cessé de se battre. Aujourd’hui, elle met sur pied sa propre association, «Olivier Tschumi sequestrado en Mexico». Par ce biais, elle espère que ses actions auront plus de poids. «C’est certain, il faut recommencer les mêmes démarches, mais œuvrer au travers d’une association peut avoir plus d’impact que des démarches privées.»

Frédérique Santal a donc demandé de l’aide à des ONG telles que la Croix-Rouge ou Terre des Hommes, voire encore Amnesty Suisse qui lui a carrément claqué la porte au nez. Motif: l’ONG ne pourrait rien faire pour les victimes de criminalité. Réponse qui a plus que déçu la sœur du séquestré et les nombreuses personnes qui soutiennent son action. «Amnesty avait pourtant consacré une semaine aux familles victimes de disparitions… Et puis, qui nous dit qu’Olivier a été victime de criminalité?» Malgré cette grande déception, Frédérique Santal préfère se concentrer sur le positif et sur l’énorme élan de solidarité qu’elle constate chaque jour.


Un quotidien difficile


Depuis ce drame, la vie de Frédérique a complètement basculé. «Le pire, c’est de ne pas savoir. Tout devient plausible.» Les plus terribles scènes de films ont déjà effleuré l’esprit de la sœur d’Olivier Tschumi à maintes reprises. «Est-il mort? Esclave pour un cartel? Torturé? Des milliers de scénarios s’alignent dans ma tête et je suis partagée entre maintes émotions: la peur, le désespoir, la haine, la colère…» Et même si elle admet trouver énormément de compassion, elle regrette qu’il n’y ait aucune aide concrète pour les familles victimes de l’enlèvement d’un proche. «Le DFAE fait ce qu’il peut, et les autorités mexicaines sont débordées. Des cas comme celui d’Olivier, il y en a tellement là-bas…»


Des policiers impliqués?


Et puis, il subsiste également au Mexique, la corruption, et la peur. Par le biais d’écoutes de conversations téléphoniques, la famille d’Olivier a eu la preuve que des policiers étaient impliqués dans l’enlèvement. «Lors de l’appel pour la demande de rançon, nous avons reconnu un parler typiquement utilisé dans la police. Les termes étaient exactement les mêmes.» Une récompense de cinq millions de pesos avait également été promise pour toute personne aidant à retrouver Olivier Tschumi, mais suite à un climat de peur, personne n’a répondu à l’annonce.
Quoi qu’il en soit, Frédérique Santal poursuivra son combat acharné. Découvrir la vérité, quelle qu’elle soit, reste un but ultime. «Pour cela, continuer de parler d’Olivier est une nécessité, afin que son histoire ne tombe pas dans l’oubli.»



SIGNEZ LA PETITION (ça obligera les autorités à agir)
[url]http://www.change.org/fr/pétitions/retrouver-olivier-tschumi-séquestré-le-19-décembre-2010-au-mexique[/url]

Groupe de soutien à Olivier Tschumi :
http://www.facebook.com/groups/penseraoliviertschumi/

Les buts de l'association «Olivier Tschumi sequestrado en Mexico»

– Participer à la recherche d’Olivier Tschumi séquestré au Mexique.

– Sensibiliser et conscientiser l’opinion publique suisse aux cas de violations universelles des Droits de l’homme d’Olivier Tschumi.

– Agir contre l’isolement de la famille blessée à sang face à la lenteur de la justice.

– Défendre et promouvoir les valeurs et principes fondamentaux démocratiques.

– Favoriser la diffusion d’information objective concernant le cas d’injustice d’Olivier Tschumi.

– Médiatiser le cas d’Olivier Tschumi.

– Créer un réseau de partenariat entre organismes suisses, mexicains mais également tous les pays européens (incluant France, Belgique, Suisse, Allemagne, Irlande…) spécialisés dans la défense des droits humains en établissant une convention entre partenaires.

– Soutenir financièrement aux frais de défense, de fonctionnement, de déplacement, d’hébergement…
vincentmty
Azteca
Azteca
 
Messages: 910
Inscription: 16 Déc 2005, 05:37
Localisation: Lyon


Re: Olivier Tschumi : une pétition pour continuer le combat

Messagede vincentmty » 13 Fév 2013, 00:27

Deux ans déjà. La libération de Florence Cassez des geôles mexicaines fait oublier un autre drame: depuis deux ans, on est sans nouvelles de l’otage suisse Olivier Tschumi, enlevé près de Cuernavaca. Pour la première fois, sa compagne témoigne et parle de l’inlassable combat mené par sa famille pour la justice et la vérité.

Deux ans d’un lourd et insupportable silence. Avec une question qui revient inlassablement comme un boomerang sans jamais connaître de réponse ni même d’esquisse de réactions: pourquoi, et surtout par qui, l’industriel horloger Olivier Tschumi, Jurassien de 50 ans, a-t-il été enlevé le 19 décembre 2010 lors d’un footing avec ses deux chiens près de Cuernavaca, dans l’Etat de Morelos, un des plus dangereux du pays, à une heure et demie de route de Mexico? Une sombre affaire pour laquelle une rançon de 300 000 dollars avait été exigée par les ravisseurs, finalement ramenée à un versement de 10 000 dollars, balancés dans deux sacs par-dessus un pont autoroutier du quartier d’Ocotepec, dans la banlieue de Cuernavaca (voir L’illustré du 12 janvier 2010).

Depuis, plus de nouvelles, plus aucun appel des ravisseurs. Le téléphone mobile de l’otage est resté silencieux. Aucune trace probante, aucune piste concrète. Officiellement, l’enquête piétine. Pour les autorités fédérales, à Berne, le dossier «est mis en attente». Depuis le début de l’affaire, la famille d’Olivier Tschumi n’arrive pas à obtenir la moindre information fiable de la part des autorités mexicaines dans un pays gangrené par les cartels de la drogue qui se livrent une guerre sans merci qui a déjà fait plus de 32 000 morts et où l’on a recensé, ces quatre dernières années, plus de 5500 rapts – un véritable business en pleine expansion.

«Sans Olivier, plus rien ne sera jamais comme avant»
Sandra, compagne d’Olivier Tschumi

Pour Sandra, compagne d’Olivier Tschumi depuis quatorze ans, établie depuis un an et demi dans le Jura bernois avec sa fille de 11 ans après des années passées dans la ville de l’éternel printemps, «un paradis devenu un enfer en quelques années», l’espoir n’est plus permis. «Aujourd’hui, Olivier est probablement mort», soupire cette Mexicaine de 40 ans, en baissant douloureusement les yeux. Elle en est convaincue. «Mais nous avons le droit, désormais, de connaître la vérité.»

«JE VEUX SAVOIR»

Elle n’oubliera jamais ce 19 décembre 2010. «C’était un dimanche, se souvient-elle. La nuit, j’avais mal dormi, j’étais angoissée, sans savoir pourquoi. «Tu ne peux pas dormir?» s’inquiétait Olivier. Et nous avions parlé longuement, de tout et de rien. Le matin, il m’a dit qu’il allait courir un moment dans la forêt près de notre maison, ça faisait longtemps qu’il n’y était plus allé. Vers 8 heures, il est parti avec nos deux chiennes, Mancha et Bola. Deux heures plus tard, le petit-déjeuner attendait sur la table, mais je ne le voyais pas revenir. Soudain, vers 10 h 30, j’ai reçu un coup de fil. C’était un ami d’Olivier: «Il a été enlevé, il vient de m’appeler pour me demander de l’aider.» Et rien ne sera jamais plus comme avant. «Toute ma vie a complètement changé… J’aimerais parfois avoir une vie normale. Mais je ne peux pas. Je veux savoir.»

PÉTITION

Elle parle aujourd’hui d’un drame intime, vécu au quotidien. «Deux ans, c’est long, très, très long, dit-elle pudiquement. Depuis, on a frappé à toutes les portes, mais aucune ne s’est ouverte. Au début, avec ma fille, on s’accrochait à tout, même de manière parfois irrationnelle. On se disait qu’il allait revenir, qu’il allait pousser la porte d’entrée, à telle date symbolique, pour nous faire la surprise de son retour. Maintenant, on sait que ça n’arrivera jamais.» Sandra a bénéficié d’un soutien psychologique au début de son cauchemar. «Ça m’a fait du bien, commente-t-elle, ça m’a fait sortir les choses.» Mais sa fille n’a pas voulu de soutien: «Elle m’a dit: «Je ne veux pas parler, parce que ça fait trop mal.» Je la comprends. Elle n’a plus de papa. Elle est forte, mais elle a besoin de savoir où il est, comme toute la famille.»

Sa belle-sœur, Frédérique Santal, qui se dépense sans compter pour tenter de démêler l’inextricable écheveau de la disparition d’Olivier, a lancé une pétition adressée au président mexicain nouvellement élu, Enrique Peña Nieto, «pour que l’enquête aboutisse», en collaboration avec la Française Ludivine Barbier, dont le mari, Rodolfo Cázares, a également été kidnappé en juillet 2011. Plus de 50 000 signatures ont déjà été recueillies à ce jour dans plus de 60 pays. Quelques jours avant Noël, Frédérique et Ludivine, accompagnées de Javier Sicilia, activiste du Mouvement pour la paix, la justice et la dignité au Mexique, ont déposé leur demande d’audience personnelle à l’ambassade du Mexique à Paris à l’issue d’une petite manifestation. L’ex-otage Ingrid Betancourt a aussi apporté son soutien à la famille des deux otages. Des gouttes d’eau dans l’océan, mais qui permettront peut-être un jour de connaître enfin la vérité. «J’ai l’impression que le combat est inégal», murmure Sandra, la voix un peu lasse.

Pour signer la pétition en ligne: www.change.org/OlivierTschumi_fr
vincentmty
Azteca
Azteca
 
Messages: 910
Inscription: 16 Déc 2005, 05:37
Localisation: Lyon


Retourner vers Actualités mexicaines

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités