Exposiciones/Expositions

A la découverte du passé... Partagez vos connaissances sur la riche histoire et les traditions mexicaines.

Modérateurs: Xochitl, Jane, Tortuga, Cacalotl

Les Maitres de l'art précolombien - Musée du Cinquantenaire

Messagede Citlalhuicatl » 15 Aoû 2006, 13:44

Ciaoooooo!
Voici une magnifique nouvelle que je viens d'apprendre: Le Musée du Cinquantenaire, à Bruxelles, organise une grande expo riche de plus de 350 oeuvres sur le monde précolombien. Il s'agit de la Collection Dora et Paul Janssen, et elle commence le 15 septembre.

C'est exactement le jour après mon arrivé en Belgique: ma nouvelle vie commence très bien!
Image

Le lien: http://www.kmkg-mrah.be/newfr/index.asp?id=643
"In otin ihuan in tonaltin nican tzonquica"

"Anthropology is interpretation of interpretation" - C. Geertz

(\__/)
(o'.'o)
(")_(")
This is Bunny. Copy and paste bunny into your
signature to help him gain world domination.
Avatar de l’utilisateur
Citlalhuicatl
Rey Azteca
Rey Azteca
 
Messages: 3689
Inscription: 01 Avr 2005, 09:35

Messagede Citlalhuicatl » 16 Aoû 2006, 20:19

Un autre lien pour les interessés... ;)

http://www.lalibre.be/article.phtml?id= ... _id=299030
"In otin ihuan in tonaltin nican tzonquica"

"Anthropology is interpretation of interpretation" - C. Geertz

(\__/)
(o'.'o)
(")_(")
This is Bunny. Copy and paste bunny into your
signature to help him gain world domination.
Avatar de l’utilisateur
Citlalhuicatl
Rey Azteca
Rey Azteca
 
Messages: 3689
Inscription: 01 Avr 2005, 09:35

Messagede Cacalotl » 17 Aoû 2006, 11:08

Il me semble que cette expo est passée à Paris. Me trompe-je?
Avatar de l’utilisateur
Cacalotl
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3757
Inscription: 03 Juin 2005, 09:00
Localisation: Un Picard à Monterrey

Messagede Citlalhuicatl » 17 Aoû 2006, 12:37

Tu l'as vue à Paris?Je ne sais pas, je cherche quelque info...
"In otin ihuan in tonaltin nican tzonquica"

"Anthropology is interpretation of interpretation" - C. Geertz

(\__/)
(o'.'o)
(")_(")
This is Bunny. Copy and paste bunny into your
signature to help him gain world domination.
Avatar de l’utilisateur
Citlalhuicatl
Rey Azteca
Rey Azteca
 
Messages: 3689
Inscription: 01 Avr 2005, 09:35

Exposiciones/Expositions

Messagede Cacalotl » 18 Aoû 2006, 21:55

Un nouveau post-it sur cette partie du forum pour annoncer les expos d'arts préhispaniques...

Un nuevo post-it en esta parte del foro para anunciar las exposiciones de artes prehispaniques en el mundo...

Avatar de l’utilisateur
Cacalotl
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3757
Inscription: 03 Juin 2005, 09:00
Localisation: Un Picard à Monterrey

Mujer de Jayta

Messagede Cacalotl » 18 Aoû 2006, 21:57

Un copié-collé d'une info que Mickou m'a communiqué

Un copiado-pegado de una noticia que Mickou me comunico...

Gracias a él... :merci:




Exhibirá museo restos de mujer de 4 mil 500 años de antigüedad


La osamenta localizada en 1992 en la localidad de Ensenada, en el noroeste del país, se encuentra actualmente en proceso de estabilización para ser mostrada al público.


18-Agosto-06 (09:54)


Los restos óseos de una mujer del grupo yumano, con más de 4 mil 500 años de antigüedad, serán exhibidos próximamente en la sala "Culturas del Norte de México", del Museo Nacional de Antropología, de esta ciudad.

Conocida como la Mujer de Jatay, la osamenta localizada en 1992 en la localidad de Ensenada, en el noroeste del país, se encuentra actualmente en proceso de estabilización para ser mostrada al público, "posiblemente en dos meses", informó la víspera el arqueólogo Juan Martín Rojas, curador de la sala.

El Centro-Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH)-Baja California donó esos restos al MNA.

La Mujer de Jatay y las piezas ornamentales que la acompañaban en el entierro, forman parte de un conjunto de 50 vestigios arqueológicos que, con hasta diez mil años de antigüedad, fue integrado a las salas de exposición permanente del MNA.

Los restos que revisten de importancia por su antigüedad y la forma en que fueron enterrados (en una región donde la costumbre era cremar a los muertos), serán expuestos en una vitrina con la finalidad de recrear la forma como los investigadores trabajan los contextos arqueológicos para determinar la historia del hombre.

La intención, dijo Rojas, es "mostrarlos tal como se encontraron y resaltar en un momento dado, todo el conjunto de actividades que esta mujer llevó a cabo en vida y presentarlo al público para que vea quienes son quienes producen los artefactos".

Por el momento, explicó el especialista, los restos que han sido donados por el Centro INAH-Baja California, se encuentran en etapa de estabilización como se acostumbra hacer con cada uno de los materiales arqueológicos que llegan al MNA, procedentes de otros estados.

Aproximadamente en dos meses, agregó, "veremos los índices de humedad, de temperatura y como se van adaptando las piezas para después poderlas poner en exhibición y después estabilizarlas en la vitrina".

"Hasta el momento, dijo Rojas, las primeras pruebas han evidenciado marcas correspondientes a las actividades que desarrollba la Mujer de Jatay y que eran propias de trabajos en campos recolectores, además de que sabemos que nadaba, pues presenta una patología que tiene que ver con un proceso infeccioso en el oído por sumergirse en el agua a ciertas presiones".

El espécimen, indicó además, "gozaba de buena salud, pues sólo tiene un ligero desgaste dental que demuestra que tenía una dieta rica en proteínas de origen animal, específicamente marino" y que de acuerdo con los fechamientos tendría una antigüedad de 4 mil 500 años, hasta nuestros días.

Por su parte, el arqueólogo Jorge Serrano, quien participó en los trabajos de excavación de la Mujer de Jatay, dijo que el entierro fue encontrado durante la construcción de un complejo turístico localizado a 23 kilómetros al norte de Ensenada, aproximadamente en 1992.

Encontrada a 70 u 80 centímetros de la superficie en medio de restos de puntas de proyectil, metates, ornamentos de concha corporales y para vasijas, la osamenta cobra importancia por su antigüedad y la forma en que fue enterrada.

En esta parte del país, señaló Serrano, "se usa mucho la cremación y son pocos los restos humanos que encontramos in situ o en un contexto arqueológico".

"Esta mujer, agregó, fue hallada en posición flexionada y se trata de una mujer de alrededor de 45 años que tuvo un parto y tenía deformaciones en el cráneo y las rodillas".

La Mujer de Jatay, finalizó, formo parte de un grupo de la zona kumiai que junto con los cucapas y kilihuas (grupos a punto de extinguirse en la actualidad), pertenecen al conjunto lingúistico yumano que se dedicaban principalmente a la recolección y a la pesca en especial de abulón y choro (especie de mejillón).

Notimex
Avatar de l’utilisateur
Cacalotl
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3757
Inscription: 03 Juin 2005, 09:00
Localisation: Un Picard à Monterrey

Messagede Citlalhuicatl » 18 Aoû 2006, 21:58

Très bonne idée le Corbeau...on pourrait commencer avec l'expo de Bruxelles... :mrgreen:
"In otin ihuan in tonaltin nican tzonquica"

"Anthropology is interpretation of interpretation" - C. Geertz

(\__/)
(o'.'o)
(")_(")
This is Bunny. Copy and paste bunny into your
signature to help him gain world domination.
Avatar de l’utilisateur
Citlalhuicatl
Rey Azteca
Rey Azteca
 
Messages: 3689
Inscription: 01 Avr 2005, 09:35

Messagede Cacalotl » 18 Aoû 2006, 22:07

Il suffit de demander... ;)
Avatar de l’utilisateur
Cacalotl
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3757
Inscription: 03 Juin 2005, 09:00
Localisation: Un Picard à Monterrey

Messagede Citlalhuicatl » 18 Aoû 2006, 22:09

Oups...on a melangé les deux sujets!Bon, je retourne dans mon petit coin... :P

Euh...non, voici le lien d'une expo qui commence en septembre au Musée du quai Branly. Cette expo ne concerne pas seulement l'Amérique, mais je la trouve super interessante!:-)


http://www.quaibranly.fr/index.php?id=990

* 18 septembre 2006 – 21 janvier 2007, Galerie jardin


Cette exposition met en perspective la multiplicité des regards que l’Europe a portés sur les cultures d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie, découvertes par voie de mer essentiellement, de la Renaissance à nos jours.

Véritable manifeste pour le nouveau musée, elle pose la question de l’altérité à travers un exceptionnel ensemble d’objets. Idoles, bibelots exotiques, fétiches, sculptures primitives tracent la diversité de ces approches qui amorcent une histoire de la culture occidentale dans son rapport à l’Autre, perçu tantôt comme l’être originel, pur et innocent, tantôt comme le sauvage ou le cannibale aux instincts sanguinaires.

Des pièces européennes sont ainsi également montrées afin de mieux faire comprendre le contexte dans lequel les œuvres d’autres cultures ont pu être accueillies.

Cette promenade dans le temps et l’espace invite à suivre l’évolution et les errances du goût, entre l'émerveillement et l'effroi, la curiosité et le fantasme, le mépris et la reconnaissance.





* Le Parcours de l’exposition


L’exposition s’articule autour de grandes thématiques qui se déclinent à partir d’un certain nombre de repères chronologiques. On y retrouve des constantes : la présence récurrente d’un certain type d’objets (les armes notamment), de certaines images (le sauvage, l’Eden) et la permanence d’une réflexion toujours renouvelée sur l’homme et l’univers.



1. Théâtre du monde



Ce premier tableau de l’histoire des regards débute à la Renaissance dès la fin du XVe siècle avec les premières conquêtes des « terra incognita », notamment les côtes de l’Afrique et l’Amérique précolombienne, et se termine vers 1760 au moment où se précise l’étude de la cartographie et du corps anatomique. La connaissance du dehors et du dedans se font alors écho dans une même volonté encyclopédique.

Les cabinets de curiosité ou « chambres des merveilles » font aussi leur apparition avec pour objectif de rassembler en un microcosme le macrocosme de l’univers, l’ensemble des savoirs, les technologies nouvelles.

Ainsi, toutes sortes d’objets hétéroclites (ce qui a trait aux parures et aux vêtements, les matières rares et précieuses, les coquillages, les insectes, les plantes aux vertus prétendument médicinales, les fossiles, crânes et squelettes, les vestiges de l’Antiquité …) sont-ils réunis en fonction de leur forme et de leur pouvoir analogique.



2. Histoires naturelles du monde



Entre 1760 et 1800 environ, l’exploration du Pacifique favorise la rencontre de mondes en apparence antagonistes. De grandes expéditions souvent constitué de savants, botanistes, cartographes, peintres ou aquarellistes et dirigées par de grands navigateurs : Cook, Bougainville, La Pérouse, parmi les plus illustres, sillonnent les Mers du Sud. Le regard de ces voyageurs sur les moeurs et les coutumes des « naturels » influencera le goût des Européens. Les pièces en or, en ivoire ou en plumes, par exemple, seront particulièrement prisés et recherchés.

La notion de « bon sauvage » concernant les hommes, et celle de « curiosités exotiques » propre aux œuvres réalisées dans ces contrées lointaines se développe à l’aulne des Lumières. En Occident, naît le sentiment de l’étrange, du singulier, de l’insolite, inséparable d’une sorte de fascination mêlée de crainte pour ces objets qui, en étant détournés de leur destination d’origine, gagnent en mystère.



3. Spécimens ou le grand herbier du monde



La première moitié du XIXe siècle est marquée par un intérêt grandissant pour les sciences naturelles. La flore, la faune, de même que les « productions matérielles » des populations autochtones d’Amérique ou d’Océanie, sont classifiées, répertoriées, cataloguées suivant leur provenance et leur usage, et commencent à prendre place dans les premiers musées européens. Cette collecte élargie due à un approfondissement des connaissances n’exclut pas une vision déformée ou transposée, souvent pittoresque et idéalisée des pays et des hommes rencontrés. L’artiste voyageur répond par l’imaginaire aux visées méthodologiques des savants. Les témoignages de cette époque oscillent ainsi souvent entre réalisme documentaire et cliché exotique ouvert sur le merveilleux.



4. Science des peuples, l’invention de l’humanité



Bien que l’esclavage ait été aboli en France en 1848, le regard porté sur l’Autre, à partir des années 1850, ne s’est pas ennobli. Loin s’en faut. L’anthropométrie ou les théories évolutionnistes, établissant une hiérarchie entre races inférieures appelées à disparaître et races supérieures, vont dans le sens du colonialisme et d’un impérialisme qui se cache derrière l’idée de civilisation.

Les musées d’ethnographie, parallèlement, voient le jour et s’enrichissent grâce à des missions à l’étranger de plus en plus fréquentes. A cet égard, les trophées d’armes largement représentées, et les premières prises de vue photographiques illustrent bien la notion de capture, florissante en cette fin de XIXe siècle. Au contraire, l’exposition de fétiches ou de « grossières idoles » dénoncent la barbarie des « indigènes », qualifiés régulièrement de sauvages.

Il faut attendre le début du XXe siècle pour que d’autres regards se posent sur les objets dits primitifs et les hommes qui les ont créées.



5. Mutation esthétique



La reconnaissance se fait avant tout au début du XXe siècle par les poètes, collectionneurs et artistes cubistes, expressionnistes, fauvistes, surréalistes.

Cette prise de conscience d’un panthéon de l’art universel, qui englobe toutes les cultures, passe par la redéfinition des termes jusqu’alors employés. Les mots « sauvage », « nègre » ou « primitif » perdent leur connotation péjorative et sont associés à la notion d’« œuvre d’art » qui n’avait pas vraiment droit de cité. « Cannibale », « magie », « fétichisme » sont réutilisés également en réaction contre des codes bourgeois et à un académisme du goût.

Tandis que l’exposition coloniale de 1931 laisse à penser, pourtant, que les préjugés raciaux sont toujours tenaces, une réflexion de plus en plus pointue s’est amorcée sur l’identité de l’objet, sa fonction, son mode de création, même s’il est encore question de styles, de groupes ethniques et d’anonymat de l’artiste. Les critères esthétiques n’en sont pas moins éclectiques, inégaux et dépendent beaucoup des modes qui sont lancées et suivies...

En 1947, André Malraux construit son « Musée imaginaire », « immense éventail des formes inventées » dans lequel les arts primitifs rejoignent les arts sacrés des grandes civilisations. Depuis, quelques manifestations importantes dont l’entrée des « arts premiers » au Louvre confirment la valorisation de sociétés trop souvent méconnues et cette noblesse du regard qui a fini par s’imposer au fil du temps.



Une place importante est réservée à la photographie dans l’exposition.

Issus des principales collections ethnographiques françaises, souvent inédits, les portraits et paysages qui y sont montrés, témoignent d’une certaine conception de l’exotisme propre au XIXe siècle. Au siècle suivant, la photographie, elle aussi, change de statut, passant du stade de simple document au rang d’œuvre d’art.
"In otin ihuan in tonaltin nican tzonquica"

"Anthropology is interpretation of interpretation" - C. Geertz

(\__/)
(o'.'o)
(")_(")
This is Bunny. Copy and paste bunny into your
signature to help him gain world domination.
Avatar de l’utilisateur
Citlalhuicatl
Rey Azteca
Rey Azteca
 
Messages: 3689
Inscription: 01 Avr 2005, 09:35

Messagede Citlalhuicatl » 02 Sep 2006, 13:37

Je viens de lire que à Bruxelles, dans les memes Musées d'Art et Histoire ou on pourra voir l'expo sur les Maitres de l'Art Précolombien, il y aura aussi une autre expo sur "Les vetements traditionnels du Mexique".
Hmm...je pense qu'un seul jour ne sera pas suffisant pour voir ces choses... :-s

Voici un petit résumé. ;)

Vêtements traditionnels du mexique


Dates: 15/09/06 - 29/04/07
Lieu: Musée du Cinquantenaire



Depuis le début du XXe siècle, les Musées royaux d'Art et d'Histoire possèdent une collection de vêtements traditionnels mexicains, collection qui sera complétée en 1935 par Stadler-Errera, Ambassadeur de Belgique au Mexique à cette époque. En 2004, Madame Glorie-Stadler, fille du précédent, offre le reste de la collection qu'elle possédait encore, faisant des Musées les dépositaires d'une des plus riches collections mondiales dans ce domaine.

Jusqu'à présent, cet ensemble ne fut présenté au public que de manière occasionnelle. Profitant alors de l'événement que constitue l'exposition « Les Maîtres de l'art précolombien », il nous a semblé opportun de montrer un aspect méconnu du Mexique. En effet, dans l'imagerie populaire, le costume mexicain se résume à celui du mariachi, ce musicien jouant aubades et sérénades ou se produisant à l'occasion de mariages. Or, la diversité ethnique du Mexique est synonyme de diversité vestimentaire. À côté de populations amérindiennes perpétuant des traditions qui remontent à la période précolombienne, les Métis et les Créoles ont confectionné des vêtements directement inspirés des modèles européens. Parmi ces derniers, le plus typique est incontestablement celui de la « China Poblana », porté principalement par les femmes de l'État d'Oaxaca et qui perpétue l'histoire d'une émigrée d'origine asiatique, adoptée par une famille mexicaine et reconnue pour sa vertu. Mais l'exposition serait incomplète sans la présentation de tenues portées par les hommes et les femmes au moment du « charro », un rodéo de style mexicain et celle des fameux « sarapes », mieux connus sous le nom de ponchos.

Par ailleurs, une exposition de photos, réalisées par Germaine Wenziner lors d'un voyage au Mexique dans les années 30, illustrera les Lacandons du Chiapas. Pour conclure, une série de photos de Pierre Buch accompagneront les vêtements colorés des Huichols, un groupe amérindien vivant dans le Nord-Ouest du Mexique.


Cette exposition est organisée avec l'appui de l'Ambassade du Mexique en Belgique et du Gouvernement de l'État de Jalisco.
"In otin ihuan in tonaltin nican tzonquica"

"Anthropology is interpretation of interpretation" - C. Geertz

(\__/)
(o'.'o)
(")_(")
This is Bunny. Copy and paste bunny into your
signature to help him gain world domination.
Avatar de l’utilisateur
Citlalhuicatl
Rey Azteca
Rey Azteca
 
Messages: 3689
Inscription: 01 Avr 2005, 09:35

Lieu: Musée du Cinquantenaire

Messagede iviva » 03 Sep 2006, 19:54

merci pour l'info, Citla...ça donne envie d'aller y faire un tour !
;) iviva
iviva
Latino
Latino
 
Messages: 118
Inscription: 10 Juin 2006, 07:02

Messagede Citlalhuicatl » 03 Sep 2006, 23:35

Pourquoi pas iviva?Si tu passes par Bruxelles n'hesite pas à m'appeler:on va boire une bière ensemble! :P

Oulà là, j'ai écrit le post n. 1000!Ca fait longtemps que je suis sur ce forum, cela me touche!:-)
"In otin ihuan in tonaltin nican tzonquica"

"Anthropology is interpretation of interpretation" - C. Geertz

(\__/)
(o'.'o)
(")_(")
This is Bunny. Copy and paste bunny into your
signature to help him gain world domination.
Avatar de l’utilisateur
Citlalhuicatl
Rey Azteca
Rey Azteca
 
Messages: 3689
Inscription: 01 Avr 2005, 09:35

Messagede Faj » 04 Sep 2006, 15:42

Voici encore un article (version complète) :

L'ESPRIT DU COLLECTIONNEUR

(extrait de la préface du catalogue)


À travers sa collection, Dora Janssen exprime son être le plus intime. La regarder s’animer devant une pièce ou un groupe de pièces est un spectacle inspirant. Les œuvres qu’elle a réunies sont émouvantes, expressives, puissantes, parfois comiques. C’est son propre humanisme qui l’a guidée vers l’art de l’Amérique ancienne. Une Amérique que d’autres ont évitée ou ignorée, en dépit de sa beauté et de sa sensibilité, par pur aveuglement eurocentrique. Car nombre d’entre nous ont été formés à ne reconnaître l’existence d’une civilisation que dans la mesure où elle a des antécédents européens.

La collection de Dora Janssen se révèle de grande envergure. Elle comprend des chefs-d’œuvre en provenance de l’Égypte ancienne, de Mésopotamie, d’Inde, du Japon, d’Océanie et d’Afrique – sans compter l’Europe. Mais c’est sur l’Amérique ancienne que Dora Janssen a focalisé son attention. Pour la plupart des gens, l’Amérique ancienne est synonyme de sacrifices sanglants, de cœurs arrachés, de crânes et de guerre – le monde aztèque tel que Cortés et ses conquistadors espagnols le découvrirent. Nous sommes encore choqués par le grand tzompantli, ou mur des crânes, de Mexico. La plupart des gens ne soupçonnent pas que, plus au nord – de l’autre côté du lac de Mexico – se trouve Tenancingo, le palais d’été de l’empereur-poète Netzahualcóyotl, avec son aqueduc et ses baignoires tridirectionnelles taillées dans le roc, sur la colline où les jardins fleuris des Aztèques sont retournés à l’état sauvage.

L’Amérique ancienne et sa civilisation ont souvent été niées par ceux qui considéraient le Nouveau Monde comme un univers inculte peuplé de barbares, mais heureusement dompté et civilisé par les Européens et la chrétienté. Car telle était la propagande inventée pour justifier l’asservissement des indigènes, la mainmise sur leurs terres et le pillage de leurs cultures. Le dénouement nous hante encore. Les Européens étaient porteurs de maladies qui ravagèrent des cités entières au point de les rayer de la carte. Pour soumettre les peuples conquis, ils utilisèrent des chevaux, des armures, de la poudre, des mâtins, des canons et des arbalètes.

Les humains sont les seuls animaux capables de créer une image et de l’interpréter 30 000 ans plus tard. Aucun autre animal ne peut sculpter, dessiner ou expliquer ces images. Pourquoi se sont-ils vêtus et parés, pourquoi ont-ils édifié des maisons et des temples et inventé des systèmes d’écriture ?

Le plus étonnant, c’est que l’humanité semble toujours tenue de respecter un modèle ou de suivre une direction. Les premiers hommes débarquèrent dans les Amériques accompagnés de chiens, bien avant les débuts de l’élevage dans le Vieux Monde. Il est presque certain qu’ils apportèrent des outils en pierre. Dans le Vieux Monde, les êtres humains domestiquaient les animaux alors que, dans le Nouveau Monde, la culture andine était seule à apprivoiser le lama, l’alpaga et le cobaye. Les Américains ont en outre développé séparément le tressage des corbeilles, le tissage des vêtements, une technologie lithique et une métallurgie particulièrement riches, ainsi que des architectures perfectionnées – même si elles n’ont pas abouti à la voûte.

Autant de faits qui ont envoûté Dora. Non seulement les anciens Américains ont conçu toutes ces inventions sans intervention extérieure, mais ils se sont également révélés des artistes accomplis. Aucun lien culturel n’existe manifestement entre l’Amérique ancienne et l’Europe. On peut tout au plus concevoir que le métier à tisser portatif, le papier d’écorce et les sceaux soient arrivés dans les Amériques par l’océan Pacifique. Mais tout le reste a été inventé indépendamment du continent européen. L’art de l’Amérique ancienne est riche et complexe, et il fait bonne figure vis-à-vis de l’art du Vieux Monde. (…)

Le goût universel qui se déploie dans la collection de Dora Janssen témoigne de son admiration face à la créativité de l’humanité à travers les âges. Les œuvres ainsi rassemblées révèlent l’ouverture d’esprit de cette aventurière avide de découvrir de nouveaux mondes. S’apercevant que les Européens sous-estimaient l’art des Amériques anciennes et s’en désintéressaient en le taxant de « primitif », elle lui a consacré une part perpétuellement croissante de son énergie de collectionneuse. Elle fut, dans un premier temps, éblouie par l’or précolombien, issu généralement d’un alliage dénommé « tumbaga » contenant du cuivre et de l’antimoine. Malgré le fait que l’on trouve des feuilles d’or martelées, la majorité des pièces furent coulées par la méthode de la fonte à la cire perdue.

Ensemble exceptionnel, la collection d’objets en or de Dora Janssen englobe toute l’histoire de l’orfèvrerie des Amériques, contribuant de manière conséquente à son étude minutieuse. Du Pérou, la métallurgie gagna l’Équateur, la Colombie, le Panama et le Costa Rica, pour atteindre le Mexique vers l’an mil de notre ère, au terme d’un voyage de 2 500 ans. L’orfèvrerie mixtèque et aztèque découverte au Mexique lors de la Conquête fut volée et fondue par les Espagnols. La collection Dora Janssen apporte une importante contribution à l’histoire de la métallurgie de l’Amérique ancienne.

En parallèle, Dora Janssen est également tombée sous le charme de l’art de la plume sous ses diverses formes : manteaux, sacs et coiffes confectionnés à base de plumes aux couleurs vives. Bien que la plumasserie ait été répandue dans de nombreuses régions, ses œuvres n’ont échappé à la détérioration que dans les zones désertiques ; la plupart de ces pièces proviennent du Pérou, où elles avaient été préservées par la sécheresse de l’air côtier. Lors de la conquête du Mexique, la plumasserie émerveilla les conquistadors presque autant que l’orfèvrerie. Ultérieurement, les Espagnols commandèrent aux plumassiers des icônes chrétiennes, ainsi que des robes et des chapeaux pour leurs hauts dignitaires religieux. Peu de ces œuvres parvinrent jusqu’à nous. En revanche, des pièces anciennes de toute beauté ont survécu dans le désert péruvien. Leur réalisation a nécessité des milliers de plumes minuscules qui furent transportées de la jungle amazonienne à la côte aride du Pacifique par-dessus la cordillère des Andes. Un seul manteau de plumes exigeait une quantité phénoménale d’oiseaux, et l’assiduité requise pour accomplir ce travail de tissage est pratiquement inconcevable à notre époque.

Un groupe en céramique grandeur nature, représentant un homme assis accompagné de deux chiens à l’aspect menaçant, a autrefois bouleversé Dora Janssen au point de faire d’elle une collectionneuse passionnée d’art précolombien. Exhumée dans le centre du Veracruz, d’où proviennent quelques-unes des œuvres d’art les plus touchantes et les plus originales jamais mises au jour, la sculpture demeure un groupe puissant, énigmatique et obsédant. Dora Janssen a perçu tout ce qu’il avait de remarquable, indépendamment de sa provenance géographique. Si l’Amérique ancienne était capable de produire de telles œuvres, elle pouvait aisément soutenir la comparaison avec les arts les plus prestigieux du monde.

La force de la collection Dora Janssen tient avant tout aux splendides exemples d’art maya sur lesquels elle s’axe. Sa pièce la plus monumentale est une stèle maya rehaussée de glyphes élégamment gravés. Cette œuvre, signée avec fierté par son sculpteur, se dresse dans une vaste niche brillamment éclairée – et, à sa vue, tout spectateur a le souffle coupé. Il s’agit d’un portrait sur lequel l’artiste a pris plaisir à reproduire les motifs brodés sur les vêtements de la souveraine.

Dans sa quête de la civilisation maya, Dora a très tôt visité l’extraordinaire site de Palenque. Elle a gravi les degrés de l’imposant Temple des Inscriptions et descendu l’escalier menant à la tombe de Pacal, qui régna sur Palenque au VIIe siècle. Cette expérience l’émut tant qu’elle dessina des galeries souterraines pour y abriter sa collection. Celle-ci comporte un profil en stuc du fils et successeur de Pacal, Kan Balam, ayant conservé des traces de polychromie. Parmi les pièces maya de Dora Janssen figure aussi un superbe silex « excentrique » reprenant les neuf profils de K’awiil – un des plus beaux exemplaires connus. Ces silex symbolisent le lignage et le pouvoir de l’éclair et de la pluie. Dora Janssen détient en outre plusieurs belles figurines en céramique en provenance de Jaina, l’île aux sépultures. Sans compter de rares figurines du Petén. Des vases du Classique récent, appartenant à différents styles et écoles, démontrent à suffisance que les Mayas étaient des peintres imaginatifs et talentueux. La collection de Dora Janssen comprend un étonnant récipient en mosaïque de jade sur bois datant du Classique ancien, de magnifiques exemplaires de pectoraux et de pendants d’oreilles en jade, et un beau pendentif en coquillages. Elle intègre également un grand vase en marbre de la vallée de l’Ulúa qui fut produit à la frontière du monde maya du Classique récent.

La collection de Dora rassemble encore de splendides exemples du savoir-faire olmèque en matière de sculpture de jade et de céramique. La plus ancienne – mais aussi la plus puissante – des civilisations mésoaméricaines s’affirma à partir de 1200 à 500 avant notre ère. Les Olmèques acquirent une virtuosité extraordinaire dans le travail du jade, minéral d’une extrême dureté qu’ils travaillaient en utilisant du sable, de l’eau, ainsi que de la corde et des roseaux. Une méthode simple qui leur permit d’accomplir des miracles. Les masques et les figures olmèques en jade – souvent considérés comme les œuvres les plus raffinées jamais réalisées par des artistes précolombiens – sont splendides et d’une force extraordinaire. La civilisation s’illustra également dans l’art de la céramique. Leurs plus belles créations sont des figurines creuses de bébés et des vases à effigies. Dora Janssen en a rassemblé d’intéressants spécimens, dont plusieurs bébés et effigies d’oiseaux, de poissons et de canards.

Ainsi, cette admirable collection inclut des œuvres d’art ancien, originaires de la plupart des pays des Amériques. Elle a pour but d’éclairer les Européens sur les énergies créatrices des indigènes américains et de les situer par rapport à l’art européen de haut niveau.

L’élan qui pousse l’humanité à dessiner, peindre et sculpter est universel. Il est grand temps que nous reconnaissions le potentiel créateur de l’être humain, quelle que soient ses origines. Dora Janssen a légué à la Belgique, son pays, une collection d’art américain ancien aussi riche que variée. Un somptueux cadeau.

Gillett Griffin,
Ancien commissaire d’art précolombien et d’art primitif,
Princeton University Art Museum

======================================

Hé ho, pour la visite (et tout autant pour la bière), faut m'appeler 8-) Je ne vais pas rester les bras croisés ...
Avatar de l’utilisateur
Faj
Amigo
Amigo
 
Messages: 29
Inscription: 09 Aoû 2006, 14:17
Localisation: Brüksel

Messagede Citlalhuicatl » 04 Sep 2006, 16:38

Merci Faj, cet article est très beau et j'ai hate d'aller à cette expooooo!

:merci:
"In otin ihuan in tonaltin nican tzonquica"

"Anthropology is interpretation of interpretation" - C. Geertz

(\__/)
(o'.'o)
(")_(")
This is Bunny. Copy and paste bunny into your
signature to help him gain world domination.
Avatar de l’utilisateur
Citlalhuicatl
Rey Azteca
Rey Azteca
 
Messages: 3689
Inscription: 01 Avr 2005, 09:35

Messagede Cacalotl » 04 Sep 2006, 20:59

Je confirme que cette exposition a été livrée il y a quelques mois à Paris dans un musée privé. Mais je n'avais pas eu le temps de la visiter.
Merci d'avoir rappelé l'existence du catalogue, Faj! :D

http://www.fnac.com/Shelf/article.asp?PRID=1688596

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/grandes110/5/7/5/9788874392575.gif

95 €, ça calme

D'après mes recherches sur le catalogue de la BNF, l'expo a déjà eu lieu aussi à Milano.

Avatar de l’utilisateur
Cacalotl
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3757
Inscription: 03 Juin 2005, 09:00
Localisation: Un Picard à Monterrey

Suivante

Retourner vers Archéologie et Histoire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité